david in winter

david in winter

mercredi 2 octobre 2013

Gilbert, poéte et réactionnaire



   Célèbre de son vivant, tant par son brillant talent que par son art de se faire des ennemis puissants, Nicolas-Joseph-Laurent Gilbert ( 1751-1780) fut chanté par les Romantiques, surtout par Alfred de Vigny, qui voyaient en lui le destin de l'artiste idéalement accompli, un poète mort en pleine jeunesse, épuisé de misère, de souffrances et de rejets ( ce qui est assez inexact : Gilbert mourut effectivement jeune, mais sans être vraiment pauvre, et encore moins ignoré). Les décennies passèrent, la gloire de Gilbert s'estompa et, dans ma jeunesse, on ne connaissait plus de lui que ce vers, qui est beau :
  "Au banquet de la vie, infortuné convive "
  puis l'oubli devint quasi-total.
  Apologiste du Trône et de l'Autel, pourfendeur des Diderot , d'Alembert et de leur clique philosophique, Gilbert avait choisi le mauvais cheval pour entrer au panthéon des manuels scolaires et républicains, où il faut, pour y être honoré malgré des convictions contraires au sens de l'histoire, montrer un génie dont la force finit par briser le préjugé, ce qui se paye souvent par des explications de textes, qui sont trucages et déformations, comme la lecture marxiste du royaliste Balzac.
    Sans égaler les plus grands,  Gilbert est infiniment supérieur aux pauvres mirlitoneries des poètes officiels de l'actuelle république ( la couineuse cohorte des Char, Eluard, Prévert dont les vers oscillent entre le charabia prétentieux, l'incantation ronflante et le calembour pour commis-voyageurs, et dont le plus grand mérite est d'avoir été membre ou compagnon de route du parti stalinien) , pour ma part, plus que la partie élégiaque, qui ne s'accorde guère à ma sensibilité plus terre-à-terre ), ce sont ses pièces satiriques qui m'enchantent.
  Dans Le dix-huitième siècle , satire longue de cinq cents vers dignes de Juvénal ou Boileau contre la corruption des mœurs et de l'esprit, Gilbert ouvre le feu en attaquant seigneurs et grandes dames : 
   "Suis les pas de nos grands, énervés de mollesse,
    Ils se traînent à peine, en leur vieille jeunesse,
    Courbés avant le temps, consumés de langueur,
    Enfants efféminés de pères sans vigueur;
   (...) La plupart, indigens au milieu des richesses
     Achètent l'abondance à force de bassesses
  (...) Arcas , sultan goutteux, veut avoir vingt maîtresses,
     Mais, en fripon titré, pour avoir leurs appas,
    Arcas vend au public le crédit qu'il n'a pas."
    "(...)J'aurais pu te montrer nos duchesses fameuses,
     Tantôt d'un histrion amantes scandaleuses,
     Fières de ses soupirs, obtenus à grand prix.
     Elles-mêmes aux railleurs dénonçant leurs maris.
  (...) De nouvelles Sapho, dans le crime affermies,
      Maris de nos beautés sous le titre d'amies;
      Et de galants marquis, philosophes parfaits,
     En petite Gomorrhe érigeant leurs palais."
         Quant à ses confrères auteurs... :
    " Saint-Lambert, noble auteur, dont la muse pédante
     Fait des vers fort vantés par Voltaire qu'il vante.
     (...) Et ce vain Beaumarchais, qui trois fois avec gloire
      Mit le mémoire en drame et le drame en mémoire [*]
      Et ce lourd Diderot, docteur en style dur,
       Qui passe pour sublime, à force d'être obscur;
      Et ce froid d'Alembert, chancelier du Parnasse
      Qui se croit un grand homme et fit une préface."
        Mais j'ai le sentiment que des extraits d'une œuvre dont c'est l'ampleur, la progression, le rythme d'ensemble qui emportent et séduisent  ne lui rendent pas justice, j'arrête donc mon labeur de copiste et vous laisse, ô lectrice, ô lecteur, vous précipiter chez quelque bouquiniste pour acquérir les œuvres du pauvre Gilbert.
 
  * Allusion aux Mémoires contre le conseiller Goëzman, textes de défense juridique dans lesquels Beaumarchais montre un admirable génie littéraire ( et que je trouve supérieurs au Barbier de Séville et au Mariage de Figaro...).

7 commentaires:

  1. On est sur un bon rythme de restauration de tous les académismes poussiéreux, dont vous vous faites le porte-parole et même l'imitateur dans votre style ampoulé.
    Bientôt, nous aurons droit, je suppose, à une analyse émerveillée de La France Juive de Drumont, du "Clairon sonne la charge" de Déroulède et enfin du "Maréchal nous voilà"


    Robin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, l'anonyme cloporte a oublié "Mein Kampf".

      Supprimer
  2. En effet, ça donne très envie d'aller y voir d'un peu plus près et un peu plus longtemps ! Merci pour la découverte…

    (Et merde à Robin, tiens !)

    RépondreSupprimer
  3. Et ce froid d'Alembert, chancelier du Parnasse
    Un homme de lettres qui croit avoir le droit de juger un homme de science frise le ridicule avec la pertinence d'un coiffeur pour dames.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand un scientifique se fait aussi "philosophe" et polémiste, je ne vois pas en quoi un autre écrivain devrait s'interdire de le juger voire de le combattre ! Et même un coiffeur pour dames, du reste. Le ridicule serait, sans rien y connaître, de le combattre sur le terrain des mathématiques pures, sans doute.

      Supprimer
    2. Bien sûr, on peut toujours couper les cheveux en quatre, sport favori des coiffeurs pour dames. N'empêche que dire ce froid d'Alembert, c'est porter un jugement global sur un homme dont ignore l'oeuvre majeure.
      D'ailleurs l'Histoire a tranché.

      Supprimer
    3. Pendant que j'y suis, cher Monsieur Goux, je vous ferais remarquer que vous avez employé la locution je ne vois pas en quoi qui est une variante élégante du célèbre j'vois pas pourquoi qui permet à moult internautes de justifier...n'importe quoi (portnawak en djeun). N'y voyez aucune malice.

      Supprimer