david in winter

david in winter

dimanche 13 octobre 2013

Con et conne



   Grand brouhaha politico-médiatique à propos de la saillie d'un histrion alzhémérien qui fait dans la diatribe-de-gauche comme il fait sous... – non, ne sombrons pas dans cette facilité vulgaire qui est tout le talent de cet individu --, saillie consistant en une brève insulte adressée à une sorte d' andouille, mais femme, second couteau oublié de l'ancien règime, qui trouva en cette apostrophe une occasion inespérée pour que son nom apparaisse sur les réseaux sociaux et autres organes d'information.
  Ne cèlons rien de ce fait-divers qui chasse des Unes de papier et d'écran la méconnaissance de la natation par certaines peuplades : l'ersatz de comique a traité la fantomatique ex-sous-ministresse de conne.
  Drame et scandale.
  Aussitôt, la créature outragée annonça qu'elle portait plainte en justice, selon le réflexe pavlovien qui entraîne désormais que tout propos vaille à son auteur de subir les foudres de la loi, ajoutant que le mot prononcé était une atteinte "aux droits des femmes "  -- mais sans suggérer que sa forme masculine pût être une atteinte aux droits des hommes --, tandis que le bateleur se disculpait en excipant de sa verve rabelaisienne.
  Un peu d'histoire et d'étymologie éclairera cette grave affaire.
  Rabelais ignore conne, il ne connaît , de ce substantif, que le masculin originel, qu'il écrit masqué dans la fameuse contrepéterie topographique : A Beaumont-le-Vicomte, dans laquelle le mot , loin d'être péjoratif, conserve pleinement son sens gynécologique.
  Con vient en effet du latin cunnus,i, s.m., qui signifie vagin , et est attesté en ce sens chez Horace (première Satire) et Cicéron ( Lettres familières), tandis que l'aimable dérivé cunnilingus se rencontre chez Martial.
  Comment ce mot charmant, qui ne devrait être prononcé qu'avec respect et vénération, a-t-il pu prendre un sens si péjoratif qu'il n'est plus qu'une injure ? ( Et qu'il ait été récemment supplanté en son sens véritable par l'animal chatte est une autre histoire).
   Dans son indispensable Dictionnaire des injures (Paris, 1967), M. Robert Edouard consacre un chapitre de quinze pages ( Remontons aux sources ) à tenter d'éclaircir les prolégomènes et aboutissement de cette évolution sémantique, il s'en acquitte avec plus de fantaisie que de rigueur scientifique , mais établit que con-injure n'est apparu que vers 1920, dans le langage des voyous de barrière, conne devant attendre les années cinquante pour se manifester – nous sommes assez loin de Rabelais, mort en 1553.
   Notons aussi que chez nos amis anglo-saxons le substantif cunt a tardé encore plus pour acquérir une identique couleur péjorative, mais ne nous lançons pas dans la linguistique comparée.
  Bref, il serait parfaitement légitime que les femmes se plaignissent  qu'un vocable désignant de leur anatomie la part la plus sacrée ( et qui, jusqu'à l'apparition des gender studies, permettait de les distinguer aisément du mâle de l'espèce ) ne serve plus qu'à outrager, en revanche la forme féminine conne a acquis une autonomie qui, faisant oublier ses origines, la met au niveau de ses synonymes idiote ou crétine, qui ne peuvent être des injures lorsque ces mots décrivent la simple réalité intellectuelle de la personne à qui ils furent adressés.
        Dans le procès qui s'annonce, d'augustes magistrats devront donc déterminer si le degrè d'intelligence de la plaignante est tel qu'il ne fut proféré à son égard que la constatation d'un fait, ou si elle a été victime d'une simple erreur d'appréciation, pour le comique-de-gauche, nul besoin d'un tel examen, il y a belle lurette que son propre discours l'a jugé.

   * Le Dictionnaire de M. Edouard contient neuf mille trois cents gros mots pouvant servir d'injures, et de grasse pâture pour les tribunaux.

12 commentaires:

  1. Pour un billet à la con, c'est un billet à la con…

    RépondreSupprimer
  2. Rares en effet sont ceux qui connaissent l'origine du mot con et c'est donc bien de le rappeler à vos lecteurs.
    Cela donne à espérer de savoureux échanges entre le juge, qui sera amené à se prononcer sur la réalité de l'injure, et la "conne " de l'histoire.
    Osera-t-elle dire: " monsieur le juge, en me traitant de la sorte, c'est le vagin (ou la chatte) de toutes les femmes que monsieur Bedos insulte "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et dire que j'ai utilisé ce mot (au sens propre) dans le titre d'un de mes romans -- je comprends maintenant que je ne fus pas compris....

      Supprimer
    2. Corto, je crois que vous exagérez ! il me semble que tout le monde connaît le double sens de ce mot ! Y compris ceux qui, comme vous, sont peu familiers de l'organe ainsi désigné…

      Supprimer
    3. A l'instar de la majorité d'entre nous, Corto 74 a pourtant bien dû passer par là à un moment de sa vie, non ?

      Supprimer
  3. C'est bien sûr ainsi qu'il faut entendre le titre du fabliau "Le chevalier qui fit les cons parler". J'ai supposé que la chose était claire pour toutes mes lectrices, qui sont une élite.

    RépondreSupprimer
  4. Chatte! Ne serait-ce pas un jeu de mots dérivé de chas, la petite ouverture?

    RépondreSupprimer
  5. Dîtes-nous, cher hôte! Le dictionnaire des injures auquel vous faîtes référence est-il aisément disponible en neuf ou faudra-t-il, pour cet intéressant ouvrage s'en remettre à la traque de l'occasion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Traquez traquez...., chez abebooks ou rarebooks , utiles portails des libraires d'ancien

      Supprimer
  6. Dommage que contribuable ne soit pas que strictement réservé aux dames et autres jouvencelles à l'exclusion de toute autre personne... :-)

    RépondreSupprimer
  7. "la fameuse contrepéterie topographique : A Beaumont-le-Vicomte".
    Je n'ai jamais pu décrypter les contrepèteries. Auriez-vous l'amabilité de le faire pour m'éclairer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inversez le M de Beaumont et le C de Vicomte...

      Supprimer