david in winter

david in winter

jeudi 21 novembre 2013

Tireur fou et visite académique



   La diffusion du signalement, assez approximatif mais très politiquement correct, d'un mystérieux tireur déclencha une flamboyante chasse à l'homme télévisuelle digne des épisodes les plus haletants du Fugitif, et mobilisa les plus brillants cerveaux de la police scientifique 2.0 et du profilage made in Hollywood.
   C'est cependant grâce à une bonne vieille dénonciation, que les derniers policiers habiles en leur métier attendaient paisiblement au coin du feu, que fut cueilli le féroce tireur, affalé dans un état comateux sur le siège d'une automobile qui, loin de rouler à une allure spectaculaire et cinématographique, était bêtement à l'arrêt.
   Nous apprîmes ensuite que ce tireur de type européen dont une seule cartouche avait mis en péril la démocratie se nomme Abdelhakim Dekkar, ne figure pas dans les fichiers de la police bien qu'ayant purgé quatre ans de prison pour des faits similaires, et que loin d'être abonné à Rivarol il vient de cette gauche antifasciste qui se fit aimablement remarquer par quelques assassinats.
  Ce dénouement, dont le principal effet est de faire remettre au tiroir quelques discours indignés, nous est connu par la lecture des journaux.
  Mais une telle lecture est-elle bien utile ?
  En 1842, M. Alfred de Vigny, alors loué par les critiques et aimé du public, décida de présenter sa candidature à l'Académie française  et, devant faire les visites protocolaires d'usage, sonna à la porte de l'un des quarante, le philosophe Royer-Collard ( 1763-1845),  président de la Chambre sous Charles X et toujours député.
   Reçu dans l'antichambre par M. Royer-Collard , " la tête chargée d'une vieille perruque noire et enveloppé de la robe de chambre de Géronte", de retour chez lui, M. de Vigny , un peu énervé, écrivit dans son Journald'un poète, à la date du dimanche 30 janvier 1842, le récit de l'entrevue  --extraits :
     "R. C. – J'aurais besoin de savoir de vous-même quels sont vos ouvrages.
      A. de V. –Vous ne le saurez jamais de moi-même si vous ne le savez déjà par la voix publique. – Ne vous est-il jamais arrivé de lire les journaux ?
    R. C. –Jamais.
    A. de V. –Et comme vous n'allez jamais au théatre, les pièces jouées un an ou deux ans de suite aux Français et les livres imprimés à sept ou huit éditions vous sont également inconnus?
    R. C. – Oui, monsieur; je ne lis rien de ce qui s'écrit  DEPUIS TRENTE ANS; je l'ai déjà dit à un autre (Il voulait parler de Victor Hugo).
    A. de V.  en prenant son manteau pour sortir et le jetant négligemment sur son épaule. – Dès lors, monsieur, comment pouvez-vous donner votre voix , si ce n'est d'après l'opinion d'un autre ?
   R. C. interdit et s'enveloppant dans sa robe de malade imaginaire.  – Je la donne... Je vais aux élections; je ne peux pas vous dire comment je la donne , mais je la donne enfin."
    Grande sagesse de feu Royer-Collard, qui prouve qu'il n'est nul beson d'être informé pour donner sa voix ( et grande leçon pour toute démocratie ) , ni d'ailleurs pour donner son avis sur le moindre sujet.
   Aussi, fort de cet auguste exemple, ai-je décidé que je commenterai désormais l'actualité sans en prendre connaissance, ce qui non seulement me fera gagner du temps mais garantira l'objectivité de mon jugement.

11 commentaires:

  1. Fichtre, quel dommage de ne plus écouter la RSC™, je ne saurai jamais d'où vient ce "ne figure pas dans les fichiers de la police". Avez-vou un lien ?

    Comme le dit l'Amiral Woland, ¡ Caramba, encore raté !. "Schadenfreude a rotor bobiné, c'est exactement cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je ne m'emmêle pas dans les époques, c'est M. Royer-Collard qui me l'a soufflé.
      Et le nom du monsieur européen est Dekhar et non Dekkar ( qui ferait un peu viking).

      Supprimer
  2. Savoureux ! N'est-ce point ce même Royer-Collard qui, lors d'une séance du dictionnaire, parce que certains de ses confrères immortels voulaient admettre un mot que lui-même récusait, s'est écrié : « S'il entre, je sors ! »

    Si je me souviens bien, le mot en question (pas fichu, évidemment, de me souvenir duquel il s'agit…) fut repoussé dans les ténèbres extérieures et ne fit son entrée qu'à l'édition suivant, bien après la mort de Royer-Collard.

    RépondreSupprimer
  3. Ayant voulu simplifier l'intitulé de mon blog, LE LIEN DE VOTRE LISTE DE BLOGS VERS MON BLOG NE FONCTIONNE PLUS.

    IL FAUT CHANGER CE LIEN POUR : http://vudescollines.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  4. Ne fonctionne pas plus chez Didier...

    Je vais essayer de réparer cela chez moi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens que Maître Jacques va passer sa journée à pleurnicher sur tous les blogs, au lieu de réparer des clôtures, changer l'installation électrique, nettoyer le poulailler, changer la roue de secours de la Daimler, etc.

      Supprimer
    2. Pour changer cette roue, il faut ouvrir le coffre, ce à quoi cette pimbêche anglaise se refuse....

      Supprimer
    3. ... et astiquer ses poireaux. Enfin, c'est ce que je crois avoir compris.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir21 novembre 2013 à 23:36

      Visser. Un poireau se visse.

      Il faut tout leur expliquer.

      D'ailleurs tout se visse, pour qui possède un tournevis.

      Supprimer