david in winter

david in winter

jeudi 27 mars 2014

En campagne



    Quelle joyeuse excitation!
    Entourés de la foule des militants qui entrent et sortent des vastes bureaux de notre quartier général, les bras chargés de depêches, messages de soutien, affiches rutilantes et victuailles de chez le bon traiteur, nous dictons des ordres à nos responsables de quartiers, nos consultants en marketing, nos organisateurs de visites sur les marchés tout en souriant aux caméras de CNN ou de la BBC, tandis que notre trésorier comptabilise le bel argent qui, pris dans les poches des contribuables pour les gros billets et venus de la générosité de nos supporters pour la menue monaie, arrive à flots continus (bien que toujours en quantité insuffisante –nous avons des frais, et aussi des ruses).
   Discrètement, notre tête de liste s'est enfermé dans les toilettes de marbre rose avec une sémillante secrétaire afin de lui confier une mission urgente, d'anciens adversaires, distancés au premier tour,  viennent nous prêter allégeance en échange de promesses de places, des intellectuels engagés et des artistes intermittents , sentant tourner le vent de la subvention, veulent, pour les uns, nous flatter de portraits hagiographiques dans des news magazines, et, pour les autres, concourir à notre victoire en donnant un concert-happening apte à nous concilier jeunes chômeurs, prolétaires revendicatifs et bourgeois éclairés.
    Ce tableau d'une grande armée en bataille est, hélas, trop idyllique, il a déplacé une réalité en un autre espace, transporté la réalité d'une oubliée campagne (tant pis pour l'ambivalence...) en celle, plus flamboyante, d'une grande ville.
   Car ici, entre vallons, étangs, prairies et forêts, force est de reconnaître que l'oreille ne perçoit pas le fracas des troupes militantes, que l'œil ne voit pas de forêts de micros et que, dans les mains tendues ne tombe nulle obole (obligatoirement prélevée sur autrui).
  Ici, nous avons dû, avec nos colistiers, nous cotiser pour régler l'impression de notre unique affiche, qui fut apposée sur le panneau réglementaire que nous contraignîmes le maire sortant, notre concurrent, à sortir d'une grange en maugréant et qu'il fit placer par le cantonnier municipal ( et à mi-temps) à l'abri des regards de très éventuels passants, de même que nous partageâmes les frais d'envoi aux électeurs de notre profession de foi et de nos bulletins de vote – car, en nos bourgs et villages, non seulement rien des dépenses de propagande n'est remboursé mais ce qui ailleurs est à la charge de M. Etat l'est ici à celle des candidats (où est passée sainte Egalité ?).
   Oublions ces fiduciaires mesquineries, réjouissons-nous d'avoir pu tenir dans la salle des fêtes une réunion publique où nous eûmes le plaisir de recevoir deux électrices (les mâles étaient aux champs, ou devant leur téléviseur) et qu'un entrefilet nous fut consacré dans la gazette locale, en sortant de ce débat, je glissais à d'amicaux moutons broutant dans un prè voisin les réponses préparées pour les questions qui ne furent pas posées. En d'autres temps, c'est au café du village que se fût poursuivie la discussion, mais, victime de la télévision et des contrôles d'alcoolèmie, l'établissement a fermé il y a trente ans, comme tous les commerces ruraux, et comme demeurent closes les portes de l'église, que ses prêtres ont désertée, mais à son ombre, le cimetière se porte bien et accueille fréquemment de nouveaux clients, car on enterre plus que l'on ne baptise.
   Ainsi va , en notre campagne, la campagne électorale.

11 commentaires:

  1. Avec ce qu'il est tombé, pensez à mettre des bottes, avant de partir en campagne…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez nous, Monsieur, il ne pleut ni n'a plu.

      Supprimer
  2. Chez moi le maire sortant, qui est une femme de paille pour l'ex édile devenu ministre, refuse l'accès aux grandes salles municipales à son opposant. Pour ce faire, elle argue la venue de je ne sais quelle association, ou autre prétexte fumeux. Bien sûr, le soir venu la salle en question est vide du moindre occupant. Et puis il y a le jeu de la chausse-trappe, c'est le sujet de mon dernier billet. J'envie les campagnes électorales de campagne, on s'y fait peut-être tartir, mais le climat est sain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Climat sain?
      Plus par manque de moyens que de volonté.

      Supprimer
  3. car on enterre plus que l'on ne baptise.

    Et c'est bien, résumé dans cette chute, l’essentiel de nos problèmes. Car pour qu'il y ait remplacement, grand ou petit, il faut bien qu'il y ait eu au préalable disparition.
    Tous mes vœux.

    RépondreSupprimer
  4. J'espère que ce passage reflète la réalité : " Discrètement, notre tête de liste s'est enfermé dans les toilettes de marbre rose avec une sémillante secrétaire afin de lui confier une mission urgente" car il souligne la confiance qui règne entre les sexes en milieu rural.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu..., non... c'était dans un phantasme de grande ville.

      Mais je vois une brebis qui semble s'ennuyer...

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Personnellement, je pense que l'abus de contrôles d'alcoolémie n'est pas pour rien dans la dislocation du lien social.

    RépondreSupprimer