david in winter

david in winter

samedi 21 décembre 2013

Lire le journal



  C'était juré –croix de bois, croix de fer etc.—plus jamais je n'achèterai le journal (sauf les magazines de musique rock, cinéma, horlogerie, trains américains, galipettes en quadrichromie, ventes aux enchères etc., qui ne sont pas des journaux).
   Mais des allusions insistantes, des références troublantes, des renvois à des textes qui m'étaient inaccessibles ont provoqué en moi un malaise, un sentiment d'inculture dont la persistance devint violence, si bien que je trahis mon serment et acquis auprès d'un libraire flamand non pas un, mais deux numéros ( quitte à être parjure, autant l'être avec faste) du Mercure galant , portant les dates de juin 1697 et novembre 1698.
   Ce journal, dédié à Monseigneur le Dauphin,  parut , avec privilège, de 1672 à 1724, d'abord trimestriel et , très vite, mensuel.
    Son éditeur, le libraire Michel Brunet, sis Grande Salle du Palais [de Justice, à Paris], précise dans un Avis que le Mercure est toujours imprimé au début de chaque mois. Pour les abonnés qui habitent à la Campagne, les envois se font avant la mise en vente, mais "comme ils seront plusieurs jours en chemin, Paris ne laissera pas d'avoir le Mercure longtemps avant qu'il soit arrivé dans les Villes éloignées, mais aussi les Villes ne le recevront pas si tard qu'elles faisoient auparavant." Ainsi, la capitale et la Cour conservent la primeur de l'information, sans que les provinciaux soient trop désavantagés.
   Chaque livraison se présente sous forme d'un élégant volume in-12 ( trente sols relié en veau, --ce que sont mes exemplaires--, vingt-cinq sols en parchemin).Le nombre de pages varie en fonction de l'actualité : 286 pour juin 1697, 308 pour novembre 1698. Il y a des planches dépliantes pour des airs de musique , ainsi ai-je pu déchiffrer la partition de cet air nouveau : "Moutons chéris d'une fière Bergère....". Le plan des attaques lors du siège d'Ath est annoncé dans la Table de juin 1697, il manque à mon exemplaire, ce que mon marchand d'outre-Quiévrain avait omis de signaler.
    Et maintenant, quelles sont les nouvelles?
    Tournons les pages de juin 1697.
    Après la harangue faite au Roi par l'envoyé de Tripoli ( qui s'obstine à appeler Louis XIV Très Puissant , Très Auguste et Très Clément Empereur de France, l'assure de son amour respectueux,  vit dans la crainte de lui déplaire, le traite de Héros de l'Univers, et promet de gracier quelques esclaves), nous trouvons les ordres de bataille (la guerre de la ligue d'Augsbourg n'est pas terminée) des armées de M. le Maréchal de Villeroy, de M. le Maréchal de Boufflers, d'Allemagne et de Catalogne, ainsi qu'une lettre de M. Hemery , touchant une maladie dont on n'a point encore ouy parler, l' Etat des vaisseaux qui sont devant Barcelone et le Journal du siège de Barcelone (dont le duc de Vendôme s'emparera).
   Nous apprenons aussi que le Roi fait voir ses écuries  à Madame la Princesse de Savoie (arrivée en France pour épouser le duc de Bourgogne, petit-fils du Roi, et en qui Saint-Simon verra l'espoir de la restauration d'une véritable monarchie...), que M. le comte de Neucheze est reçu Chevalier de S. Lazare , et avons le récit du Voyage de Monseigneur [le Dauphin] à Raincy, chez M. le marquis de Livry , qui n'a rien épargné pour rendre cette maison magnifique. Le salon est "le premier qui ait été fait en France aussi spacieux, et il est encore aujourd'hui un des plus grands que l'on voye". La fête fut somptueuse, pendant le dîner, la musique si excellente que Monseigneur fit recommencer le concert , puis il eut le plaisir de la chasse et le lendemain," pendant que ce Prince était au jeu [il disputait une partie d'hombre], un loup vint se présenter à la veuë à la porte du Chasteau, comme pour inviter ce Prince à une seconde Chasse , dans laquelle il aurait contribué à ses plaisirs [est-il certain que ce loup souhaitât vraiment apporter cette contribution, fâcheuse pour son avenir?]".
   Il y a dans cette livraison, parmi des critiques de livres nouveaux, de nombreux autres articles, dont la lecture est, en toute objectivité, plus instructive et plus enrichissante que celle des ridicules imbécillités dont se nourrit la presse de l'an 2013.
   Aussi je rêve de posséder la collection complète du Mercure , soit environ six cents volumes, hélas, de misérables considérations financières risquent de nuire à la réalisation de ce désir.

6 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. La lecture de la presse de 2013 est pourtant utile, même si hélas on n'y trouve nulle part des chansons comme "Moutons chéris d'une fière Bergère". On y lit toutefois des équivalents.

    RépondreSupprimer
  3. Votre refus des journaux m'a fait me souvenir de la pièce "Edouard et Agrippine" de René de Obaldia dont je vous soumets l'extrait suivant :
    "AGRIPPINE.. Tu as lu le journal du soir ?
    EDOUARD. Voyons, Agrippine, tu sais bien que je ne lis plus aucun journal depuis neuf ans !… J'ai ici la collection complète du « Petit Gaulois », de 1920 à 1923, tout y est, tout... Tu ferais mieux de conserver ton argent pour t'acheter des caramels.
    AGRIPPINE. « Le Petit Gaulois »! « Le Petit Gaulois ». Nous de sommes plus au temps des petits Gaulois !
    EDOUARD. Mais si, Agrippine, c’est là où tu te trompes. Depuis Clovis, l’homme n'a pas changé d'un clou. Toujours les mêmes histoires.
    AGRIPPINE. Ah oui! vraiment! Le mariage de la princesse Tusor, devenue cow-girl par amour, avec Boby, le chasseur d'éponges, ça se trouve peut-être dans « Le Petit Gaulois » !!!
    EDOUARD, très doucement. Mais oui, certainement. Il suffit de bien chercher, Agrippine.
    AGRIPPINE. Et les quintuplés ? Les quintuplés de l'Okloama qui sont venus sept au monde ? Deux en plus à la dernière minute, et v'lan! et qui se sont mis à compter les cinq autres !… Avoue qu'on ne voit pas ça tous les jours?
    EDOUARD. Dans le temps, toutes les familles étaient de neuf enfants, Agrippine."

    Je suppose qu'on peut de même tout trouver dans "Le Mercure galant"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et même un peu plus.

      Peut-être aurais-je accepté de lire aujourd'hui "Le monde galant" ou "Libération galante"...

      Supprimer
    2. Et qu'a-t-il de particulièrement galant votre Mercure ? (je ne prends pas tout pour (vif) argent comptant !)

      Supprimer
    3. Ne révélons pas les secrets d'alcôve.

      Supprimer