david in winter

david in winter

lundi 27 janvier 2014

Dies irae



   Afin d'ajouter à la solennité de la messe célébrée à Saint-Denis pour la Reine Marie-Thérèse, épouse du Roi-Soleil, morte le 30 juillet 1683, Jean-Baptiste Lully composa un grand motet appelé Dies irae , qui est fort beau.
   Un peu plus tard, le dimanche 26 janvier 2014, ce n'est pas pour exprimer leur effroi devant la colère divine que défilèrent dans les rues de la ville capitale un certain nombre d'hommes et de femmes, mais pour crier la leur, de colère, contre les agissements d'un amuseur public concurrent du Mbala mbala et qui doit à son logement élyséen le surnom de Président.
   La singularité de l'évènement tient en ce qu'il a réuni des individus professant des convictions politiques, idéologiques, morales ou religieuses le plus souvent absolument opposées, parfois seulement dissemblables.
   Voilà qui était de nature à éveiller l'intérêt de tout observateur un peu curieux des conduites humaines, et il était permis de supposer que les commentateurs des mouvements sociaux se fussent rendus sur place pour contempler et étudier le phénomène.
   C'est donc dans la grande presse, celle de l'espèce respectable, que l'on pouvait s'attendre à en trouver des analyses pertinentes, étrangement, on ne put y lire , du Monde au Figaro en passant par Le Point, L'express etc., que le même texte (avec quelques minimes variantes), qui est la dépêche émanant d'une agence de propagande gouvernementale (AFP), sans doute rédigée sous la dictée d'un service de basse police.
   Pour être honnête, il faut préciser que l'une de ces gazettes assura avoir fait un reportage, et dans toute cette foule en colère, cet envoyé spécial ne vit que des nostalgiques de Vichy Saint-Yorre côtoyer des fidèles de Vichy-Célestins, et autres malfaiteurs obscurantistes.
   Heureusement , des blogsA toi l'Honneur, Boulevard Voltaire, Contrepoints—nous ont livré des récits plus objectifs, et il ressort de leur lecture que cette manifestation a effectivement rassemblé carpes catholiques et lapins mahométans, choux artisans et chèvres chômeuses et autres catégories de populations peu destinées à clamer d'une même voix leur exaspération.
   Et... fut-ce un succés ?
   Faire défiler sous une pluie hivernale quelque quarante mille personnes en réponse à un appel lancé par d'anonymes mécontents, sans l'appui d'aucun parti, d'aucune organisation ayant pignon sur rue, sans battements de tambours médiatiques est indiscutablement une réussite.
  Mais pour que le Président se détournât de ses divertissements habituels – pacte de marchandage, répudiation de concubine, annexion de la Gaule à la Turquie—afin de porter son regard sur ses sujets grognons, il eût fallu qu'ils se comptassent cent fois plus, pour le moins. (Et pour qu'il envisageât d'abdiquer, comme il le lui fut demandé en termes abrupts –soyons sérieux).
   Certains historiens voient dans les émeutes de Grenoble de 1788 les inéluctables prémices de la catastrophe de 1789, ce jour de colère annonce-t-il, par son caractère inédit,  une tout aussi inédite révolution?
   Je ne le crois pas, mais autorise l'avenir à me démentir.

12 commentaires:

  1. Les nostalgiques de Vichy-Saint-Yorre étaient-ils tous des admirateurs nostalgiques de Valery Larbaud : telle est la seule question qui vaille…

    RépondreSupprimer
  2. Je suis très sceptique quand à l'utilité des manifestations, quelles qu'elles soient. En l'occurrence, vouloir que Hollande démissionne est une idée excellente à part qu'on ne voit pas très bien qui viendrait le remplacer et quels véritables avantages en tirerait le pays. Tant que les mentalités n'auront pas changé, le changement sera toujours pour demain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Quand à" ???
      Que vous arrive-t-il, cher Jacques?
      Avez-vous la cervelle tourneboulée par les malheurs de ex-concubine N°2 ?

      Supprimer
  3. C'est assez amusant de voir de quelle façon, globalement, les médias ont d'une quasi même voix condamné cette manif avant qu'elle ait eu lieu pour mieux la démonter encore dès son lendemain.
    40 000 personnes, ça me va bien, combien auraient-ils été s'il avait fait beau ? La moitié des gens qui m'accompagnaient ont déserté en cours de route tant c'était pénible...

    Après pourquoi y avoir été en prenant le risque d'être assimilé (certains ne s'en privent pas, et pas qu'à gauche pour le faire) avec les pires des nauséabonds ? Parce que tous les moyens sont bons à prendre pour signifier aux pieds nickelés qui nous gouvernent que nous ne les supportons plus.
    Il m'apparaissait incohérent de les critiquer sans cesse sur mon blog et dans le même temps de ne pas participer à la seule manifestation à ce jour dont l'unique objectif était de leur dire: " ça suffit " !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez très bien fait.
      Il faut aussi savoir se salir les idées en agit'prop !
      Les blanches colombes en général se font bouffer, comme au Vatican :)

      Supprimer
    2. Quoiqu'il en soit, et quoi qu'il aurait pu être, merci Corto pour votre remarquable relation de l'évènement.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Me voilà rougir mais si j en crois le nombre de lecteurs de mon compte-rendu, j ose imaginer qu'ils furent si nombreux faute d'avoir trouvé ailleurs une relation à peu près objective de l’événement.

      Supprimer
  4. Comme c'est bien dit, ou plutôt écrit. Plût à Dieu qu'il entende les manifestants et nous délivre de ce "gus" qui nous sert de président. Pour paraphraser un certain Alain Juppé: "ce président, commence à poser un problème".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous le dites. Pour moi, même si on peut ne pas être d'accord avec tout ce qu'il a fait, le dernier homme qui avait le sens de l'Etat et de la France, c'était le générale de Gaulle.

      Supprimer