david in winter

david in winter

vendredi 17 janvier 2014

Harem présidentiel : révélations exclusives



    Historien très estimable, M. Robert Darnton a soigneusement dépouillé les archives de la Société typographique de Neuchâtel, entreprise calviniste qui, à la fin du XVIIIème siécle,  imprimait ou diffusait toutes sortes de livres, dont de nombreux ouvrages clandestins ou interdits, et il a établi une liste des meilleures ventes des œuvres circulant sous le manteau.
    Arrive en tête Anecdotes sur Mme la comtesse du Barry (attribué, sans certitude, à Pidansat de Mairobert ou Théveneau de Morande...) , qui distille une suite de ragots sur les activités  amoureuses, et même charnelles, de Louis XV et de sa favorite .
    Comment expliquer ce succés?
    Il se trouve que la majorité des êtres humains ont, peu ou prou, une activité sexuelle, alors que rares sont les élus qui peuvent modifier un taux directeur, conquérir un désert africain ou chasser le Mbala mbala, et que pour cette raison ces humains s'intéressent plus aisément aux galipettes du souverain, dont ils peuvent comprendre le mécanisme et, parfois, pour les plus imaginatifs, se le représenter. En plus, ces choses sont souvent entourées d'un mystére excitant la curiosité, et son dévoilement a l'attrait propre à la mise à nu de tout secret.
   La leçon à tirer de ces constatations est que pour avoir des lecteurs et lectrices, mieux vaut parler d'amours royales, à la rigueur présidentielles, que de physique quantique (j'en ai fait ici l'expérience). 
   Il a été remarqué que le Président éprouve une tendresse particulière pour la religion mahométane, dont il s'est fait expliquer les arcanes par des experts, et il était donc tout naturel qu'il songeât à se constituer un harem.
  Homme sérieux, travailleur, appliqué, il se rendit  sur les terres où jadis prêcha le Prophète afin de recueillir de la bouche de ses descendants d'utiles conseils; éduqués à Oxford ou Cambridge, ses interlocuteurs lui parlèrent en anglais, idiome que le Président , élevé à l'ENA, maîtrise approximativement , d'où un malentendu, dont les effets emplissent désormais les medias.
   Car le Président crut que, pour se constituer un harem, il suffit d'entasser les concubines –le malheureux!
    Un harem est une structure sociale sophistiquée, fondée sur la présence d' épouses légitimes (trois, de préférence), les concubines n'étant qu'un surplus, destinées à soulager des humeurs lubriques aléatoires.
   Embaucher des concubines sans avoir recruté d'épouses, c'est mettre la charrue avant les bœufs, on voit aujourd'hui les effets de cette maladresse (pleurs, grincements de dents, dépressions...) dont le Président tente de se distraire en se livrant à de menus divertissements (virages audacieux, bombardement de savanes, autopsie du Mbala mbala) mais, hélas, un malheur n'arrive jamais seul.
   Alors que le Président croyait commencer d'oublier ses soucis concubinaux en jouant avec la Courbe, son conseiller le plus écouté vint le troubler par ces mots:
   --Ces concubines, toutes des femmes!
   --Oui, je crois... Mais... quoi?
   --Auriez-vous oublié, Président ? La parité? La lutte contre l'homophobie? L'éradication du sexisme?
   Le Président réagit en chef – sur l'heure, il chargea l'un de ses fidèles, le maire d'une grande  capitale parisienne et bon connaisseur en la matière, de lui trouver, en quantité suffisante et de couleurs assorties, quelques concubins.
   Ceux-ci seront présentés officiellement dans le prochain numéro de Closer , ne restera plus  que le souci des absentes épouses légitimes, mais une petite annonce passée dans Leboncoin.com doit régler la chose.
   Et le Président, enfin doté d'un harem satisfaisant et la loi coranique et le plus avancé vivre-ensemble, pourra se préparer à jouir paisiblement d'un second quinquennat.
   All is well that ends well.

10 commentaires:

  1. Bon sang de bois ! C'est pourtant vrai que la question de la parité se pose de façon criante !

    RépondreSupprimer
  2. Quel homosexuel sensé pourrait imaginer partager sa couche avec pareil Président ?... Aucun

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On lui trouvera des homosexuels insensés, ça ne devrait pas être trop difficile.

      (J'en connais déjà au moins un – et vous le connaissez aussi, mon cher Corto – qui réussit à être à la fois pédé et admirateur de Castro, alors…)

      Supprimer
    2. N'y a-t-il pas encore des émules de Maurice Sachs (de lui, lire : Le sabbat), qui finit dévoré par les chiens de ses maîtres et amants?

      Supprimer
    3. De Sachs, Au temps du bœuf sur le toit me paraît supérieur au Sabbat (moins "écrit", pour faire bref).

      Supprimer
    4. Du reste, cette version de la mort de Sachs est contrebalancée par une autre, assez sérieuse, qui prétend qu'il serait mort lors de l'évacuation du camp où il se trouvait, comme beaucoup d'autres. Moins romanesque, donc.

      Supprimer
  3. Eh bien messieurs, je vous trouve bien rétrogrades. Auriez-vous par hasard oublié que le genre n'est pas le sexe? Par conséquent le fait que notre bien-aimé-président-en-scooter semble préférer s'ébattre avec des êtres de sexe féminin ne vous permet en rien d'affirmer qu'il couche avec des hommes plutôt que des femmes.
    Si ça se trouve, tout au fond d'elle même, l'actrice préférée de notre président se sent un homme comme les autres.
    Qui donc êtes vous pour en juger, hum?

    RépondreSupprimer
  4. Vous m'avez bien fait rire... ...et donné une idée !

    RépondreSupprimer
  5. Dire que certains aveugles ne voient pas arriver l'islamisation de ce pays et pourtant notre bon président nous montre le chemin en explorant de bâton d'opium différentes vallées des roses.

    Serait il atteint de priapisme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse next week dans Telerama, Voici et Le Monde(pages médicales).

      Supprimer