david in winter

david in winter

jeudi 9 janvier 2014

Du commerce des livres au blanchiment du Mbala mbala



   Il est aisé de reconnaître qu'une loi est particulièrement scélérate, liberticide et malfaisante : son adoption à l'unanimité le décèle infaillilement.
  C'est donc à l'unanimité, l'Opposition officielle prouvant, une fois de plus..., que rien, hors des querelles de personne et de lutte pour des places, ne la distingue , moralement ou idéologiquement, de l'actuelle Majorité, que le Parlement a voté, afin de satisfaire un lobby corporatiste, une loi visant à détruire le commerce de la librairie par correspondance, ce qui a, comme de bien entendu, été salué avec enthousiasme par le quotidien-vespéral-de-référence et autre organes ejusdem farinae.
   M'étant battu, absolument en vain, contre la loi imposant le prix unique du livre, grâce à laquelle, affirmaient les augures socialistes, les librairies allaient se multiplier et prospérer, et dont l'effet le plus certain fut de faire péricliter ou disparaître ces mêmes librairies, se lamentent aujourd'hui les mêmes augures sans accepter de voir la cause évidente de ce regrettable effet, ayant dit, tant à l'instigateur de la mesure, feu M. Jérôme Lindon, qu'aux commerçants concernés ce qu'il résulterait de cette atteinte à la liberté des échanges, et dit sans jamais être écouté, je ne m'étendrai pas sur ce nouveau diktat, ses inévitables conséquences et les comiques difficultés que présentera son application ( car si je commande en même temps , comme cela m'arrive assez souvent, au diable AMZN cinq films, trois disques ( port gratuit) et un livre (port désormais obligatoirement payant) comment faire, pour un unique paquet, payer exactement le port d'un seul élément ? etc.).
  Je m'étendrai d'autant moins sur le sujet que si l'élaboration de cette loi par les habituels pitres politiciens relève du genre comique, ce qu'elle cherche à produire est la destruction d'un métier –la  publication de livres et leur commerce – auquel j'ai consacré l'esssentiel de mon existence et demeure fortement attaché, nous tombons alors dans le genre triste (je n'ose écrire tragique).
   Ce genre ne convient guère à mon humeur, non que je l'ignore, mais parce que, en ce domaine, tout discours nécessaire a déjà été tenu, et fort bien, aussi ai-je le sentiment que toute phrase que l'on peut y ajouter est comme faire pipi dans un violon ou combattre les moulins à vent.
   Et aussi efficace que rappeler des évidences au sujet de feue la liberté d'expression.
   Préférons donc rire, d'autant que le fringant Président et ses séides subventionnés en ont multiplié les occasions, du roman picaresque de l'émouvante Leonarda aux bananes nauséabondes en passant par le tireur-fou qui eut l'insolence de n'être ni Viking ni membre des SS, sans oublier les frétillements de la Courbe ou la conquête de la Syrie, asseyons-nous paisiblement dans un fauteuil, cigarette au bec, et suivons les rebondissements de la chasse au Mbala mbala, désormais accusé de blanchiment en dépit (ou à cause de) de sa noire fourrure. Réjouissons-nous, car cela prolongera le spectacle, de la malignité de la bête qui a su se décolorer pour mieux échapper à la traque, et le plus habile des chasseurs, cherchant une grosse masse sombre, passera sans la voir devant une forme chlorotique.
   Le suspense continue.

3 commentaires:

  1. La masse, jusque là impavide, se gave du spectacle de cette scène de chasse médiatisée à outrance, et devient hystérique... signe incontestable que nous vivons dans une époque décadente, bornée et sans perspective. Il faut amuser et exciter la masse, là est l'essentiel. L'objectif est atteint. Valls, l'homme à la morgue vaine, s'y emploie.

    Mais quelle engeance liberticide a bien pu ordonner cette chasse improbable, et vouloir inscrire la noire fourrure du M'Bala à son tableau pour en faire une descente de lit ? Cruelle question.

    Le suspense demeure, c'est une certitude, cela d'autant plus que la légalité du procédé utilisé à l'encontre du M'Bala semble contestée, même dans le camp du Bien.

    En attendant de nouvelles péripéties rocambolesques et pour rester dans la note, j'irai revoir avec plaisir en soirée « La chasse du comte Zaroff », une ancienne réminiscence de mes premiers émois cinématographiques.

    Nous en sommes arrivés à ce stade, hélas :

    « La gloire a été remplacée par la célébrité, la flamboyance par l'exhibitionnisme, et le panache par la dépression nerveuse. »

    Olivier Bardolle, La vie des hommes, chez L'Éditeur. 2013.

    RépondreSupprimer
  2. Le titre original de ce chef d'oeuvre --The most dangerous game-- en dit mieux le sujet, car nul gibier n'est plus dangereux que l'homme...

    RépondreSupprimer
  3. Danny, il ne faut pas exonérer ladite masse ; elle participe elle-même à l'hallali. Il suffit de voir tous les charognards de Twitter chasser leurs contemporains avec encore plus d'imbécilité et d'ignominie que les journalistes pour comprendre que la masse est encore plus chienne que les chiens des journaux.

    Pour revenir au message de M. Desgranges, le plus comique dans tout ça c'est que l'état crache sur Amazon, qui vient encore de créer quelques centaines d'emplois en France, pour porter aux nues ceux qui en détruisent (les libraires). Et au final, on voit bien que les lecteurs ne comptent pas, ni l'accès à la connaissance - puisqu'une diminution du prix des livres favoriserait la lecture et donc la démocratie, et partant empêcherait le retour du fascisme sous les oripeaux de l'humour non pas noir, mais mulâtre.

    RépondreSupprimer