david in winter

david in winter

mercredi 29 janvier 2014

Les ex-belles amies du Président



  La Justice, écrivent ce matin les gens de medias, a décidé que la désormais filiforme Leonarda ne pouvait pas revenir.
   Est irritant cet emploi routinier et très-incorrect de la Justice pour désigner un jugement prononcé par des magistrats d'une cour inférieure; ce solennel et absolu la Justice pourrait se comprendre s'il était appliqué à un arrêt d'une cour supérieure statuant en dernier ressort, ce n'est pas ici le cas, et le présent jugement est susceptible de maints appels et pourvois, dont nous ne doutons pas que des associations subventionnées assureront les frais pour le compte de la (aujourd'hui) étique Leonarda et sa méritante smala.
   Il n'en reste pas moins que, alors que le Président lui-même s'était présidentiellement adressé à son peuple pour affirmer que la (en ce temps) plantureuse Leonarda pouvait revenir, ces juges ont décrété que, eh non, selon la Loi, elle ne le peut pas, et qu'ainsi le Président s'était (juridiquement) fourré le doigt dans l'œil.
   Dans le même moment, ex-concubine N°2 a accordé une interview à la gazette pipole dont elle est salariée –car, alors qu'elle logeait sous les ors élyséens, elle avait conservé son emploi afin d' assurer son indépendance financière-- pour s'exprimer sur sa répudiation, et la perte du titre grotesque , et américain, de Première Dame, qu'elle avait usurpé ( quand une femme mariée sera Président, verrons-nous un Premier Monsieur?). Il en ressort une confirmation, elle a bien été chassée, et cela l'a même frappée comme la foudre, sinon tout va bien puisqu'elle pourra se consacrer à des activités humanitaires (tout en conservant son emploi).
   Ces deux anecdotes, dont je conviens qu'elles sont de minime intérêt quoique révélatrices de nos mœurs, ont pour lien la personne de l'homme à qui tout un peuple a démocratiquement confié son destin, ainsi que la distribution du pain et des jeux – le Président.
   Que devient-il?
   Il semble que, un peu las d'une agitation sentimentale désordonnée qui fait ricaner les méchants, il ait décidé de faire glisser une aimable comédienne du statut de future-concubine N°3 à celui de ex-future-concubine N°3, et qu'il en soit réduit à errer dans les salons lambrissés de son palais sans nulle compagne pour le féliciter de ses triomphes (écrasement de la Courbe, conquête de l'Oubangui-Chari, émiettement du Mbala mbala, etc.).
  Bref, le Président est aujourd'hui seul.
  Dans cette solitude, que lui reste-t-il?
  A s'écrier, comme la Médée de Pierre Corneille :
  --Moi, Moi, dis-je, et c'est assez."

  *Je ne sais pourquoi, j'ai toujours trouvé ce "c'est assez" un peu équivoque.

9 commentaires:

  1. Cétacé ?
    C'est tassé ?
    C'est à Sées (61200) ?
    Sète à Sées (861 km) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le palais épiscopal de Sées (Séez, jadis) est un fort beau bâtiment classique.

      Supprimer
  2. « Je ne sais pourquoi, j'ai toujours trouvé ce "c'est assez" un peu équivoque. »

    Moi, il m'a fait marrer comme une baleine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, merdum ! Le diabolique Maître Jacques était passé avant moi !

      Supprimer
    2. Le commentaire est à ceux qui se lèvent tôt.

      Supprimer
  3. Seul, c'est vous qui le dites qu'en savez-vous ? si ça se trouve... C'est un homme à femmes ce gars là, ça se voit comme le nez au milieu de la figure

    RépondreSupprimer
  4. "la désormais filiforme Leonarda": vous l'avez vue récemment ou vous le supposez depuis qu'elle ne s'engraisse plus sur notre dos?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'est plus nourrie par le contribuable français, et, bien souvent, quand on cesse d'être nourri, on maigrit....

      Supprimer