david in winter

david in winter

mercredi 5 février 2014

Nouvelles persécutions contre les fumeurs : vive le tabac!



   L'annonce présidentielle d'une rafale de nouvelles persécutions contre les fumeurs m'a empli de rage, mais celle-ci est mauvaise conseillère, elle provoque l'invective, l'injure, les noms d'oiseaux, c'est là un genre rhétorique où excellait mon feu ami, Jean-Edern Hallier ( il m'emprunta un jour le Dictionnaire des injures de Robert Edouard afin de mieux argumenter une demande d'argent à moi adressée), pour ma part, je n'y trouve ni plaisir ni inspiration, et renonçant aux fulminations ornées de cloportes brenneux! et autres scolopendre mongoloïde! ou  topinambour lubrique!, je m'en tiendrai au récit historique (j'y suis plus à l'aise).

   --Ah zut!, fit le Président en reposant le volumineux rapport dont il avait lu la première page tout en lutinant future-concubine N°4, j'apprends ici que les gens meurent!
    Homme d'action, il convoqua aussitôt son fidèle conseiller.
   --Fidéle conseiller, nos experts et chercheurs prétendent que les gens meurent. Et... c'est embêtant ?
   --Euh..., --fidèle conseiller fouilla dans des dossiers—voilà... Selon un sondage réalisé par un institut ami, 99% des ménagères de 25 à 49 ans sont hostiles à leur propre disparition, 87% à la disparition d'un proche dont elles n'héritent pas, 3% à celle d'un parent à héritage et 100% à la mort des nourrissons du Zimbabwe.
   --Hmm hmm...  Voyons voyons... Si j'agis contre la mort, ma courbe de popularité devrait, comme celle du chômage, remonter? Vous en êtes certain?
   "Bien. Allons faire un discours.
   Le lendemain, le Président s'en alla donc faire un discours devant un petit troupeau de Diafoirus torquemadesques fourbes, incultes et cupides, et, comme c'était une période de réduction officielle des dépenses, il annonça une dépense de un milliard et demi de monnaie du jour pour vaincre la mort. (Pourquoi, puisque s'agissant d'argent fâcheusement absent des caisses,  un milliard et demi plutôt que quinze ou cent cinquante milliards? Seul un grand de ce monde pourrait répondre).
   Les regards des auditeurs s'illuminèrent de concupiscence, des mains se tendirent déjà, et le Président allait remonter sur son scooter made in China, quand fidèle conseiller le retint par la manche:
   --Mon président, il faut dire aussi que vous allez vous attaquer aux causes du funeste évènement.
  --Les causes ? Ah oui, la peste bubonique, les ondes malèfiques, l'abus de tomates...
  --Non non..., c'est le tabac.
  --Le tabac ? Quelle drôle d'idée!  Enfin, si vous y tenez.
  Et le Président retourna vers les micros  pour tonner contre (ainsi que disait Flaubert) le tabac, les cigarettes, la pipe, les cigares, la chique, et ce que l'on prise.
   Puis vint la routine, ce flot de mesures dont le Président maîtrisait désormais à merveille l'énumération, -- interdictions, avertissements, mises en garde, incitations à la délation, et enfin, coutumière cerise sur le gateau étatique : augmentation du prix de vente.
   --Bonne journée, dit le Président en regagnant son palais social et solidaire, nous voici débarrassé de ce bête souci de la mort. Fidèle conseiller , quelle va être ma prochaine bataille?
  --Selon un sondage de (etc.), 86% des citoyennes âgées de   -- etc., je résume—se plaignent de leur vie.
   --La vie ? Tant d'opinions défavorables pour la vie ?
   "Agissons. Demain, je prononcerai un discours contre et annoncerai...
  

    P.S.-Depuis plus d'un demi-siècle, je consomme avec constance trois à quatre paquets de cigarettes par jour, et il me semble  être toujours vivant. Puis-je faire un procès à l'issue victorieuse aux charlatans qui prétendent que "fumer tue" ?

8 commentaires:

  1. Les actions de propagande anti-tabac ne servent strictement à RIEN. L'augmentation des prix ne fait que favoriser la contrebande, les achats à l'étranger et par conséquent une baisse des rentrées fiscales. Des discours inutiles, des mesures qui favorisent l'étranger et affaiblissent les finances de la France : en ce domaine comme en d'autres, M. Hollande fait preuve d'une totale cohérence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une baisse des rentrées fiscales diminue la capacité de nuisance de M. Etat ...

      Supprimer
  2. "je consomme avec constance trois à quatre paquets de cigarettes par jour".
    J'espère pour vous que vous habitez près d'une frontière. On peut comprendre que le gouvernement cherche partout à se renflouer mais pourquoi toujours sur le dos des fumeurs? Et puis surtout, masquer son avidité en parlant de santé publique, c'est d'une hypocrisie insupportable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est immoral que le gouvernement se renfloue.

      Supprimer
  3. "Puis-je faire un procès à l'issue victorieuse aux charlatans qui prétendent que "fumer tue" ?"
    Je vous le déconseille vivement, vous perdriez! Sauf erreur, c'est une directive européenne (une de plus avec les obsédantes boire avec modération, ne pas grignoter (grignoter quoi n'est pas précisé) ni manger gras, sucré ou salé. Qu'ont-ils contre le sucré-salé ces racistes?

    RépondreSupprimer
  4. Trois paquets d'herbe à Nicot par jour c'est un peu beaucoup tout de même. Mais enfin si votre corps dit "oui".
    Je me souviens d'un ami qui nous annonça le jour de ses quarante ans qu'il arrêtait de fumer. Quarante ans et toute la vie devant lui...Il tint bon et prit ces façons orgueilleuses si particulières à ceux qui triomphent de leurs vices et vous font comprendre que vous êtes minable de ne pas y renoncer.
    Trois années plus tard il mourrait d'un cancer des poumons.
    Son corps, peut-être, avait dit "non" au sevrage.

    RépondreSupprimer
  5. C'est curieux tout de même cette volonté de s en prendre toujours aux fumeurs et cette impression bizarre qu'on fiche la paix aux buveurs de bières

    RépondreSupprimer