david in winter

david in winter

samedi 22 février 2014

Le livre de M. Didier Goux, et dialogue de bêtes



    Comment occuper plus agréablement, plus intelligemment, et de manière plus enrichissante pour l'esprit un week-end pluvieux ( et même ensoleillé) qu'en lisant En territoire ennemi de M. Didier Goux ?
   Je ne dirai rien des mérites de cet ouvrage, dont l'écriture puissante et maîtrisée exprime avec  force une pensée toujours profonde, pertinente, parfois agréablement iconoclaste, et où l'humour tempère un certain désenchantement du monde, je sais que, tous honnêtes gens, mes lecteurs et lectrices en sont déjà persuadés, et qu'ils se sont ce matin éveillés avec la ferme intention, sitôt terminée leur toilette, d'acquérir En territoire ennemi (ce titre révèle la cible des traits acérés de M. Goux, ne dévoilons pas plus).
  S'il se trouve à leur porte un authentique bon libraire, il suffit d'entrer dans la boutique, saisir, sur la pile posée près du comptoir, un exemplaire de En territoire ennemi aisément reconnaissable à sa couverture sobre, distinguée et d'un plaisant orange un peu grenat, puis payer, et rentrer vite chez soi pour se délecter.
  Quant aux hommes et femmes dont le voisinage est dépourvu d'un tel commerçant, il se peut qu'ils recourent aux services d'un célèbre vendeur par correspondance qui porte le nom d'un fleuve sud-américain, rien de plus aisé que de faire apparaître sur un écran la fîche du livre désiré, et là, zut..., il est indiqué que sa livraison demandera deux à trois semaines au lieu des vingt-quatre heures usuelles, c'est décourageant, et il se peut que des acheteurs potentiels se consolent en achetant les œuvres de MM. Lévy ( Marc et BH, assez interchangeables).
    Or, je sais, avec certitude, que de nombreux exemplaires du beau livre de M. Goux ont été livrés au géant du net, qu'ils sont entrés dans ses stocks, et disponibles, je sais aussi que le distributeur a protesté contre l'absurde indication, "c'est le système informatique", lui a-t-il été répondu, et comme chacun sait, à l'ère du régne des nouvelles technologies, l'homme ne peut avoir raison contre la machine.
     Peut-être un immense afflux de commandes, que j'encourage, incitera-t-il le système informatique à rectifier de lui-même son aberration, sinon, il existe heureusement d'autres possibilités pour se procurer, sans mettre le nez hors de chez soi, En territoire ennemi.
   Je fais donc une entorse à mon refus, pour d'évidentes raisons morales et esthétiques, de souiller mes billets de "liens", en voici un :
   Cliquez, vous pourrez acquérir le nécessaire ouvrage de M. Goux ( ainsi que les Questions disputées, tome VI, de Richard de Mediavilla et Le désir dicté, Histoire du vœu religieux dans l'Occident médiéval de mon cher complice Alain Boureau , parus le même jour) et, soigneusement emballé, votre achat vous sera livré avec la plus grande célérité.

    Pendant que les honnêtes gens lisent, le Président s'est arraché aux bras potelés de future-concubine N°5 pour s'en aller, dés potron-minet et sous la protection de cohortes prétoriennes, rencontrer à un comice agricole veaux, vaches, cochons et autres électeurs.
   Au moment de mettre sous presse, et bien que le dieu internet nous informe à la vitesse de la lumière, nous avons seulement appris que le Président a été présenté à une blonde d'Aquitaine, et que leur dialogue a été serein, chaleureux, constructif, mais il faudra attendre le prochain numéro de Closer pour tout savoir (en images) sur cette naissante et présidentielle  idylle.

15 commentaires:

  1. Didier Goux est un malfaisant. Il m'a interrompu dans ma lecture de Saint-Simon. C'est pour des raisons de cet ordre que tous les titres sur ma liste de la lecture sont des oeuvres longues : je ne parviens jamais à les finir avant d'en être détourné par autre chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La prochaine fois que je passerai par La Ferté-Vidame (et ce ne devrait pas être long…), je présenterai mes plus plates excuses à M. le duc…

      Supprimer
  2. Cher Michel, j'allais soupçonner de la veulerie -malgré l'absence de lien, ce que je déplorais, avant de constater que vous l'aviez mis- dans votre billet jusqu'à ce que

    "... veaux, vaches, cochons et autres électeurs" me fasse oublier ce léger grief. Rien que pour cela, il vous sera tout pardonné -)

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  3. Quand je pense que je passe mon temps à dire du bien d'Amazon, c'est à vous dégoûter !

    (Sinon, un grand merci pour vos (trop) flatteuses appréciations.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Emmanuel Kant lui-même, dans "Critique de la raison raisonnante" a écrit :
      "Lire En territoire ennemi est un impératif catégorique".

      Supprimer
    2. Suivre à la lettre les injonctions de ce vieux paillard de Kant a mené plus d'une pure jeune fille à cesser de l'être et à perdre la raison. C'est un fait bien connu de tous ceux qui le connaissent.

      Supprimer
  4. Cette couverture je la vois couleur rouille.
    Et ça me donne envie d'une bouillabaisse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une édition de luxe , qui ne rouille pas.

      Supprimer
  5. J'ajouterai qu'ayant dû franchir l'affrontement entre tracteurs énormes, citoyens festifs -entre clones de Brigitte Fontaine (que j'apprécie par ailleurs) et zombies de Fukushima- et forces aux ordres (au sujet d'un idiot d'aéroport), je suis arrivé à temps -et vivant, malgré le nécessaire zigzag entre lacrymogènes et pavés- pour apprendre que mon libraire ne l'avait point.

    J'ai dû le commander.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les lecteurs de M. Goux sont des héros.

      Supprimer
    2. Que l'on fasse immédiatement fusiller ce jean-foutre !

      Supprimer
  6. Pour ma part, l'ayant commandé à ma zone le 17 février, j'ai été livré ce vendredi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais vous, vous bénéficiez d'appuis occultes sionistes…

      Supprimer
  7. A Sommières j'ai du mal à trouver ce (fabuleux) ouvrage. Le fait qu'il n'y ait pas de librairie y serait-il pour quelque chose?

    RépondreSupprimer

  8. J'attends avec impatience un podcast de france-cul.
    Juste pour entendre sa voix au vioque.

    RépondreSupprimer