david in winter

david in winter

mercredi 19 février 2014

Le miracle du cinéma français



   Aux esprits chagrins et misanthropes bilieux qui tiennent des propos défaitistes et marmonnent entre leurs dents jaunes et cariées que les affaires ne vont pas très bien , apportons une consolation, un rai de lumière tombé d'un palais gouvernemental.
   Une pétulante sous-ministresse chargée de la Culture-d'Etat et du maternage de trop fragiles artistes et intellectuels a vigoureusement réagi à une imaginaire menace pouvant affecter ses protégés,--" Eh quoi, s'exclama-t-elle, oser  toucher à nos industries culturelles, ces industries qui nous apportent gloire et honneur, et même, et surtout, un si méritoire pourcentage de notre cher PIB !"
   Tiré d'un chapeau de chercheur, le pourcentage fut fourni, il était rondelet, réjouissant comme un ventre de notaire, égalant, en importance économique, musique et peinture sans pinceaux à l'industrie automobile ( que les Chinois feront mieux rouler ) , le textile (encore trop made in Bangla Desh) et autres secteurs d'activités cahotantes.
   De ces industries de l'esprit, le cinématographe est, par sa nature technique, le domaine qui requiert les plus lourds investissements et, ipso facto pour une sous-ministresse, apporte les plus grassouillets bénéfices.
   Par une heureuse coïncidence, Le Film Français, le premier hebdomadaire des professionnels de l'audiovisuel, publie cette semaine son classement annuel par taux de rentabilité de cent cinquante films français sortis en salles en 2013.
   Ce taux de rentabilité est le pourcentage du coût de production d'un film réalisé par les recettes-salles ( les billets vendus aux spectateurs, quand il y en a), et l'on pourrait imaginer qu'un film couvre ses frais quand ce taux de rentabilité est de cent pour cent – erreur.
   En fait, explique le Film français,on peut considérer qu'un film réalise une performance honorable avec un taux de rentabilité de 25 à 30 %. Voilà qui est loin de couvrir les coûts, mais il y a d'autres recettes (ouf!), comme les ventes de droits de diffusion à une chaîne de télévision ouzbek ou ceux de l'exploitation vidéo à une entreprise gabonaise, les films français étant curieusement absents des marchés plus opulents.
   Mais enfin, avec ces 25% (soyons généreux), les producteurs peuvent être satisfaits, nous apprend-on, c'est là l'essentiel.
   Combien sont-ils, ces bienheureux ? Sur ces cent cinquante films vingt-neuf ont atteint ou dépassé ces 25%  (et, disons-le tout de suite, seulement deux les 100%...), ce qui fait que ... cent vingt et un n'ont pas réussi cette honorable performance. Et même, ce cent-vingt et un est inférieur à la réalité, car le Film français ne cite, par manque de place, que les cent cinquante films au taux de rentabilité le plus élevé (sic), il en a été en fait produit environ deux cent dix, et comme le dernier des cent cinquante a un taux de rentabilité de 2, 25%, nous supposerons que les soixante suivants ont empoché des recettes proches de zéro.
   Vil sophiste ignare des choses de l'économie!, m'objectera-t-on, il suffit que les premiers aient réalisé, en volume, des recettes supérieures au total des pertes des derniers pour que le secteur soit, en son ensemble, florissant. Hélas, hélas, dans les premiers figurent exactement cinq films d'un budget supérieur à dix millions d'euros, et dans les derniers, dix-sept films de ce coût, dont tous les films dont le budget dépassait les vingt millions.
   Pour résumer, la très grande majorité des films à performance honorable sont des films à petit buget, qui couvrent leurs frais avec des recettes modestes, tandis que les perdants sont des films à gros budgets et pertes proportionnelles, globalement, cela fait un gros trou.
    Donc, le cinéma français perd de l'argent (beaucoup ) et pourtant, je ne trouve pas, dans ce même Film français que je lis chaque semaine depuis un demi-siècle, d'annonces éplorées de faillites, banqueroutes et clef sous la porte, au contraire, le cinéma français prospère, et du producteur au balayeur de plateau en passant par les histrions et les perruquières, tout son personnel vit fort bien.
   Il y a là un petit secret , qui se nomme, pour une part, subventions, grasses , nombreuses, même, pour certaines, automatiques (i-e : distribuées sans discernement), et pour la plus grande part , obligations de production des chaînes, c'est-à-dire que les entreprises de télévision sont contraintes, par une loi clientéliste, d' investir (sic et resic) un part coquette de leur chiffre d'affaires dans la production de films français, ce qui est plus exactement un impôt, prélevé démocratiquement au profit de quelques individus.
   Systéme heureux pour ceux et celles qui en profitent, mais qui, consistant seulement à dépouiller Paul pour engraisser Pierre, n'est d'aucune façon producteur de richesse.

5 commentaires:

  1. Systéme heureux pour ceux et celles qui en profitent, mais qui, consistant seulement à dépouiller Paul pour engraisser Pierre, n'est d'aucune façon producteur de richesse.

    Pas plus que de talents d'ailleurs. Et c'est finalement ça le plus ennuyeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur ces 210 films, j'en ai vu un, Jappeloup, qui est dans la bonne moyenne du genre médiocre.

      Supprimer
  2. Auriez vous un lien internet qui me permettrait d accéder à ce classement rentabilité 2013?
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, cher Corto, les "liens internet" me sont étrangers, et je ne lis que des journaux imprimés sur papier.

      Sur "internet", à l'exception des amis cités ici à droite, je parcours et survole, de loin...

      Supprimer