david in winter

david in winter

mercredi 30 avril 2014

Tourner sept fois sa langue....



  L'affaire est américaine, et comme toute horreur née outre-Atlantique, telle la persécution des fumeurs, reçoit rapidement force de loi en notre très-vieille Europe, elle est prémonitoire, et exemplaire.
  J'en ai trouvé le récit dans ce fameux quotidien de référence qui la rapporte en se léchant les babines,  ronronnant d'aise de pouvoir à la fois se délecter et s'indigner de l'un de ces scandales qui lui assurent la fidélité sonnante et trébuchante de lecteurs avides de délation et d'un M. Etat aimablement subventionneur.
   Un individu, qui réunit sur sa seule personne les horribles défauts d'être de sexe masculin, vieux, riche et d'avoir la peau blanche, et est propriétaire d'un spectacle sportif, a , dans une conversation téléphonique, recommandé à une jeune amie de ne pas s'afficher, en photos trop diffusées ou en public, avec des messieurs – qui se trouvent avoir la peau noire.
   C'est, semble-t-il, à la suite d'une tentative de chantage peu couronnée de succés, que ces propos furent communiqués à d'intègres journalistes, qui lui assurérent aussitôt la plus large publicité assortie des commentaires habituels stigmatisant l'ignoble raciste.
   D'après ce que j'ai lu, le méchant n'a nullement dit : "je ne veux pas que tu te montres avec X ou Y parce que je ne veux pas que tu te montres avec des Noirs" , il a seulement dit : "ne te montre pas avec X ou Y", et a même ajouté : "tu peux les fréquenter, sortir avec eux et même coucher avec si tu en as envie", ce qui semble relever d'une certaine largeur d'esprit.
   Pourquoi ce monsieur ne voulait-il pas que sa petite camarade se montre avec, etc. ? Il peut y avoir mille raisons à cette attitude, pour les medias et politiciens (dont le M. Président américain qui s'est empressé de faire part de son indignation à tous les micros) il ne peut y en avoir qu'une, et elle se nomme racisme.
  L'un des effets les plus remarquables de cette indignation, officielle et obligatoire, est que la sorte de fédération dont dépend le spectacle sportif appartenant au stigmatisé a aussitôt condamné ce dernier à une amende de deux millions et demi de dollars (et au profit de ladite fédération).
  Pour, il faut le rappeler, des propos tenus dans une conversation privée.
  Voilà qui est fort intéressant, et ouvre de remarquables possibilités d'enrichissement.
 Jusqu'à ce jour, n'étaient poursuivis que les propos publics, et particulièrement ceux qui peuvent être tenus sur ces réseaux sociaux, dont tous les messages sont scrutés par de multiples inquisiteurs peu bénévoles.
    C'était là une limitation dont nous sommes aujourd'hui heureusement débarrassés.
   Je suggère donc à mes lecteurs qui , téléphonant à leur maîtresse ou leur amant, se laisseraient aller à des plaisanteries coupables, d'être dorénavant très prudents, surtout s'ils renoncent à faire à l'aimé(e)  le don d'un bijou imprudemment promis.

12 commentaires:

  1. La prochaine fois que je viendrai vous faire visite, faites-moi penser à arriver deux heures plus tôt que d'ordinaire, afin d'inspecter si vos diverses pièces d'habitation ne seraient pas truffées de micros soigneusement dissimulés…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Penser ceci vous rend déjà suspect.
      Si vous n'avez rien à cacher, ni pensées suspectes, pourquoi fouiller ?
      Quant à celui qui reçoit un réactionnaire méfiant comme vous il y aurait aussi à dire...
      Sa seule échappatoire serait de vous enregistrer pour pouvoir vous dénoncer et prouver son innocence.
      Vivement un site qui permettra de donner les noms des coupables qui pensent mal, afin de réduire la nauséabonderie ((c) S. Royal) que les associations humanistes, c'est à dire anti-racistes, savent humer de loin.
      C. Monge

      Supprimer
    2. Méfiez_vous aussi, mon bon Didier, des corbeaux (délateurs bien connus) et des pies rapporteuses.

      Supprimer
  2. Entendu Magic Johnson, ex grande gloire du basket américain, dire à ce propos " Cette radiation à vie, c'est très bien. Il faut leur dire (à nos compatriotes) ce qu'ils doivent penser". Une conversation privée livrée en pâture à l'opinion en lui enjoignant de s'en indigner, ça ne vous rappelle rien ?

    RépondreSupprimer
  3. Il me semble que l'instauration d'une taxe sur l'impensé raciste de chacun (tous les mâles blancs, et peut-être les femmes blanches, mais c'est moins sur) devrait être prélevée au profit des associations anti-racistes.
    Elle s'ajouterait aux indemnités rétroactives que nous devons de toute éternité du fait des décisions calamiteuses de socialistes comme Ferry Jules voire Clovis et certains pithécanthropes, et aux indemnités préalables que nous devrions verser pour ce qui s'annonce par exemple au Soudan car ceci est de notre faute.
    Ceux qui ne s’acquitteraient pas, ou paieraient avec atermoiement, de cette taxe seraient mis au pilori, et marqué du sceau de l’infamie (une femen en action par exemple) en cas de récidive.
    Ainsi serait rétabli l’esclavage mais cette fois au profit de ceux dont les arrières, arrières arrières arrières grands-parents furent victimes, ce qui ne serait bien entendu qu'un juste retour des choses.
    Pour illustre ce propos toute contradiction ou désaccord avec ces quelques lignes tomberaient sous le coup de la taxe que je préconise (et pour laquelle j'envisage le copyright car elle viendra).

    C. Monge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tout projet de taxe tend à se transformer en taxe réelle , je vous suggére de demander un pourcentage sur le produit de votre innovation.
      Quant à la "femen en action", (je crois en aavoir aperçu de mignonnes) , où cela se trouve-t-il ? Et c'est dans les combien ?

      Supprimer
    2. Je suis confus, j'ai inséré ma réponse plus bas ! L'émotion de l'inventeur sans doute et les courbes femenistes...
      C.Monge

      Supprimer
  4. Robert Marchenoir30 avril 2014 à 21:33

    C'est bien commode de penser que le politiquement correct est né aux Etats-Unis, malheureusement c'est faux.

    Premièrement, il ne faut jamais oublier que les Etats-Unis sont nés en Europe. Ce pays a été fondé par des Européens. Deuxièmement, la généalogie du politiquement correct remonte à l'Ecole de Francfort, club d'universitaires juifs néo-marxistes créé dans les années 1930, inspiré par la pensée de l'Italien Gramsci et du Hongrois Lukacs, puis exilé à New York en raison de la menace hitlérienne.

    Il n'y a donc pas plus européen.

    Que les Américains aient donné une vigueur particulière à cette doctrine, base idéologique de la révolution étudiante de 1968, est indéniable, mais prétendre, en la matière, que la noble et pure Europe a été contaminée par les vicieux Américains est carrément un déni historique.

    En fait, c'est exactement le contraire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de consacrer tant de lignes pour nous apprendre, ce que nous ignorions...., l'origine européenne des Américains.
      Ce qui n'a aucune pertinence pour mon propos.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir1 mai 2014 à 12:49

      Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    3. J'ai supprimé ce commentaire car il contenait cette insupportable chose que l'on nomme un "lien".

      Supprimer
  5. On voit chez vous l'homme d'affaires! Vous avez raison je prends le pourcentage.
    Quant à imaginer acheter une femen il faut une dose de perversité alarmante, sauf pour des motifs qui ne peuvent être évoqués ici, pour conserver à ce blog sa haute tenue morale, et qui sont liées à leur vertu.
    Mais lorsque je toucherais mes parts de taxes il n'est pas exclu que je ne demande à ces dames de venir me montrer leurs positions. Vous sachant esthète et cultivé je suis convaincu que vous ne reculeriez pas devant un débat d'idées.
    C.Monge

    RépondreSupprimer