david in winter

david in winter

jeudi 3 avril 2014

Concubine : une tragédie



   Alors que Concubine N°1 (qui avait été sèchement répudiée au profit de Concubine N°2, laquelle fut sèchement répudiée au profit de Concubine N°3, qui semble avoir été poussée dans une trappe  -- to be continued....) vient d'effectuer un retour fracassant dans le giron présidentiel à la faveur d'une volonté de renouveau, les augures s'interrogent : quelles actions d'éclat nous réserve une femme également nommée, en citant Barbey d'Aurevilly, la vieille maîtresse ?
   Considérons les leçons de l'Histoire.
  Nous regardâmes hier soir fort opportunément l'excellent film coréen de Dae-seung Kim The concubine (2012, titre original : Hoo-goong : je wang-eui cheob ) dont un occidental pourrait qualifier l'intrigue, qui se déroule sous la dynastie Joseon et au palais royal,  de shakespearienne.
   Il y a une reine-mère avide de pouvoir qui, après avoir fait empoisonner le roi régnant, cherche à faire de même avec son successeur, qui est son propre fils. Celui-ci est amoureux de la concubine du feu roi, qui est mère d'un bâtard qu'elle aimerait voir monter sur le trône.
   Le nouveau roi est faible, et se laisse manipuler par la concubine, que la reine-mère tente d'assassiner.
  Après divers retournement de situation suivis de quelques castrations et décapitations  qui éliminent la plupart des protagonistes, le jeune roi peut enfin goûter pleinement aux charmes, fort plaisants, de la concubine. D'où une ardente étreinte, dont la concubine profite pour égorger, avec son épingle à cheveux, son royal amant : son fils régnera.
  Il se peut que la lecture des prochains numéros de Closer soit très divertissante.

  NB. On trouve facilement The concubine en blu-ray édité à Hong-Kong, avec sous-titres en cantonais, mandarin et anglais (au choix). Signalons enfin aux amateurs que le film contient de jolies scènes érotiques.

3 commentaires:

  1. Je veux bien vous croire lorsque vous évoquez la joliesse de certaines scènes. Néanmoins, s'agissant du sujet de votre billet, m'interdis la moindre représentation mentale mettant en scène notre président avec une de ses concubines. Nous quitterions alors les rivages de l'érotisme pour aborder ceux de la pornographie.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Monsieur Desgranges
    Je sais que vous préférez la lecture du duc de Saint Simon mais notre époque, fort peu glorieuse, a des chroniqueurs de moindre valeur. Donc, si je puis me permettre, pour le "feuilleton" sur la concubine d' Edam 1er un nouveau chapitre va, peut-être, bientôt s'écrire :

    http://www.legossip.net/francois-hollande-oublie-valerie-trierweiler-avec-emmanuelle-gaume/221270/

    Je conclurai comme vous " Il se peut que la lecture des prochains numéros de Closer soit très divertissante."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Madame, pour ces bonnes nouvelles élyséennes.

      Supprimer