david in winter

david in winter

mercredi 2 avril 2014

L'imposture des "Lumières"



   Plus encore que les ineptes vilenies politiciennes, éphémères et tristement répétées, m'irrite particulièrement l'emploi du terme "Lumières" pour désigner une sorte de courant d'idées apparu au XVIIIéme siécle et ses prétendus promoteurs – "les hommes des Lumières", "la philosophie des Lumières", le siècle des Lumières", etc., ad nauseam.
   Jamais, au grand jamais, les auteurs de ce temps (circa 1740-1789) n'employèrent un tel mot pour désigner leurs idées, leurs écrits, et encore moins eux-mêmes; parfois, certes, on pourra lire au détour d'un paragraphe quelque : "je veux ici apporter la lumière", ce n'est qu'un usé cliché rhétorique qui se rencontre en tout temps sous les plumes les plus diverses, et pour introduire les propos les plus dissemblables.
  Inconnues donc en leur supposée époque, ces Lumières le sont tout autant au siècle suivant et au début du XXéme, elle ne sont nées que récemment, vers la dernière après-guerre, elles furent imposées par une ignorance qui ne vit pas en elle ce qui y avaient mis ses inventeurs : un jugement de valeur.
  La métaphore est pourtant quasiment puérile : de même que le jour succéde à la nuit, la lumière chasse l'obscurité, et ainsi, par la vertu d'un seul mot, il est impliqué (cela évite la difficulté de l'argumentation) que les temps précédents étaient nécessairement temps d'obscurité; en se célébrant elle-même, ces Lumières condamnent sans appel tout le passé de l'humanité.
    Quant à nos hommes des Lumières, ils ne se sont jamais qualifiés autrement que de philosophes, ce que cela signifiait alors --la quête de la connaissance en tous domaines, comme le voulurent les humanistes de la Renaissance, rien de plus, rien d'autre...—est aujourd'hui caché (puisque philosophe est désormais réservé aux métaphysiciens, de nuance ontologique).
  Qui trouvons-nous, dans ce camp batailleur des philosophes ? Diderot, d'Alembert, Helvetius, Grimm, d'Holbach, ajoutons Marmontel, Saint-Lambert, sans doute Morellet, mais, le très-réactionnaire Voltaire ? mais, l'intellectuellement insaisissable Rousseau? Qu'ont-ils, hors alliances de circonstance, en commun? La haine du catholicisme, ou une plus modérée hostilité ? Et lequel d'entre eux est aussi véritablement athée que le baron d'Holbach? Qui est républicain , et qui démocrate? Et royaliste, comme Voltaire ?
  A qui serait tenté de répondre à ces interrogations, il est conseillé de lire les textes du temps, et eux seulement, en ignorant, ou en s'efforçant d'oublier, tous les écrits postérieurs qui inventent en faisant mine de commenter ou exposer, cette lecture demande d'y consacrer de longues heures, elle apportera quelques surprises, et, pour ces méchantes Lumières, un dégoût égal au mien.

11 commentaires:

  1. Avant la révolution c'était le blackout total, c'est bien connu.

    RépondreSupprimer
  2. Ceci-dit, les années folles, le moyen-âge et la renaissance, et donc les lumières, c'est toujours à posteriori que l'on baptise les époques.
    Entre eux, ceux qui vécurent au veme siècle ne s’appelaient pas les moyenâgeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais au XIIéme siécle?
      Plus sérieusement, ces termes, le plus souvent inadéquats et sans pertinence, peuvent être valorisants ou dévalorisants ...

      Supprimer
  3. C'est Taine (1828-1893) qui a proposé de définir le XVIIIe siècle comme le siècle des Lumières. Mais d'Alembert opposait déjà les "siècles de lumière" aux "siècles d'ignorance". En outre, les Anglais parlent d'Enlightenment et les Allemands d'Aufklärung. Vous voyez que l'image ne date pas de l'après-guerre.

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_1968_num_20_1_906

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je maintiens totalement mon propos.
      Mon cher Taine, dont je suis grand admirateur et lecteur (les "Origines..." sont un chef d'oeuvre...) a pu écrire cela (où? référence svp, et le contexte peut importer), mais l'expressio n'eut alors nulle fortune.
      Pour le reste, l'Enlightment est surtout écossais, le mot de Kant est de 1784, et personne en France ne le lisait.
      Ce contre quoi je m'éléve est l'impérialisme actuel de ce mot, qui entraîne à croire qu'est vrai (pour les hommes du XVIIIème) l'anachronisme épinglé.

      Supprimer
    2. « Aux approches de 1789, il est admis que l'on vit "dans le siècle des lumières", dans "l’âge de la raison", qu'auparavant le genre humain était dans l'enfance, qu'aujourd'hui il est devenu "majeur". » (Taine, Les Origines de la France contemporaine, L'Ancien Régime, livre III, chapitre III)

      Supprimer
    3. " d'autres, francs athées et matérialistes comme (...) La Mettrie"
      H. Taine, o.c., livre III, V, p.21.

      Supprimer
  4. Je partage l'agacement de Michel. Mais le comble de l'"obscurantisme" est de s'imaginer ainsi que l'on vit "au siècle des lumières"!

    RépondreSupprimer
  5. Très juste. Le siècle des Lumières, auquel Descartes n'appartient pas. Quelle dérision.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pour certains contemporains (de nous) les "dates des Lumières" sont fort élastiques.

      Supprimer
  6. Sur le même sujet, je me souviens d'avoir lu un livre intéressant mais très mal écrit (et bourré de coquilles) : "Le Moyen Âge, une imposture" de Jacques Heers. L'auteur montrait que la construction du Moyen Âge (conceptuelle et légendaire) s'est en fait déroulée en deux étapes : la Renaissance italienne puis la révolution française. Dans les deux cas, il s'agissait de rabaisser le Moyen Âge pour mieux louer l'époque contemporaine. Il montre également que le Moyen Âge est un concept qui a peu de sens, et qu'il était bien plus avancé, à de nombreux points de vue, qu'on ne le croit.

    RépondreSupprimer