david in winter

david in winter

jeudi 1 mai 2014

Nouveau et remarquable progrès de nos moeurs



    L'excellent Corto nous apprend ce matin qu'une couple d'homosexuels canadiens , mâles et vindicatifs, a intenté une action en justice pour se plaindre de l'absence en leur corps d'uterus, et être dédommagée de cette pénible discrimination.
  Cette avancée sociétale me semble mesquine en son énoncé. En effet il est à craindre que ce ne soit pas seulement d'utérus qu'aient été privés ces messieurs et je leur conseille, car il se peut que leurs mœurs les aient laissés ignorants de certaines particularités du sexe imbecille,  la lecture de l'utile ouvrage du Dr. Gérard Zwang Le sexe de la femme; ils y  découvriront que , malgré la déclaration un peu hâtive de saint Augustin (tota mulier in utero) , la femelle possède bien d'autres organes dont le mâle ne peut s'orner.
   Symétriquement, si j'ose dire, nous pouvons espérer que de procédurières lesbiennes réclameront aux tribunaux compétents une juste indemnité pour être dépourvues de ces appendices dont elles trouveront la description dans le Penis Atlas (collectif, aux éditions Les Martiens) et, pour les modèles les plus volumineux, dans The big penis book de Mme Dian Hanson (une connaisseuse), aux éditions Taschen.
   J'apprécie comme il convient ces évolutions des mœurs contemporaines qui ouvrent chaque jour de nouveaux champs d'action à l'esprit humain (et des espoirs d'honoraires aux lawyers) car, comme le remarquait Monsieur Prudhomme, quand les bornes sont franchies il n'y a plus de limites.

8 commentaires:

  1. Les lesbiennes devraient aussi demander justice pour cette pomme d'Adam dont elles sont bien injustement privées ; et, dans la foulée, réclamer qu'elle se nommât désormais pomme d'Ève.

    RépondreSupprimer
  2. Le nombre de choses qui nous sont déniées par la nature est infini. Les limiter à celles qu'ont les femmes et qui nous font défaut est un peu court. Ainsi pourrions-nous à juste titre nous plaindre, entre mille autres choses, de ne point posséder d'ailes alors qu'oiseaux (si on exclut quelques aptères) et anges en sont pourvus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous sens prêt à préparer une assignation...

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Selon le Huffington Post, le jugement a été rendu et la sécurité sociale canadienne, la RAMQ, a pris en charge le "portage par autrui " pour le compte du couple gay.

    @didier goux: que nenni, hors de question de donner la pomme aux Eve, je connais un endroit, à Papeete, le Piano Bar, où cet appendice est le seul et unique moyen de faire la différence visuelle entre les travestis-hommes et les vahinés. M'y aventurant un soir, j ai eu l honneur de danser avec Miss France 1999, Mareva Galanter qui, je vous l assure est bien plus belle sans pomme qu'avec. Foi de pédé ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Foi de pédé ! :) C'est dire...

      Foie de nantais.

      Supprimer
  6. Mais enfin, si ces infortunés messieurs ne sont pas pourvus d'utérus, ce n'est tout de même pas la faute de la société, pour le coup. Ce serait à Dieu ou à la nature d'en rendre compte. Le tribunal n'a qu'à s'avouer incompétent...

    RépondreSupprimer