david in winter

david in winter

dimanche 22 septembre 2013

Fichage et cigarettes



     Il y a belle lurette que les gens de presse préfèrent dénoncer plutôt qu'informer, et jeter en pâture à la vindicte publique des êtres humains coupables d'exister et d'agir en dehors du chemin droit tracé par l'idéologie dominante .
    Malheur à qui s'en écarte ou, pis encore, a négligé de rejoindre la cohorte servile qui y piétine en bêlant sa soumission ! Chacun de ses gestes, de ses propos et, le plus souvent, toutes intentions qui lui seront généreusement prêtées par les inventifs délateurs lui vaudront d'être cloué au pilori de l'indignation médiatique où, sous un tableau représentant la Vertu piétinant le crime, il sera exposé dans l'attente du châtiment appelé par les bourreaux de plume.
    A ce pilori, ce matin d'automne, a été mise une entreprise qui m'est fort sympathique tant sa production m'est utile et agréable, et dont je m'étonne qu'aucune loi n'interdise déjà d'écrire le nom, une entreprise qui est une manufacture de  très-bonnes cigarettes et que, me glissant dans un vide juridique, je m'empresse donc de nommer : Philip Morris.
    Quelle abomination a commis Philip Morris ( j'éprouve une douce jouissance à écrire et réécrire le nom maudit ) ?
    Voici le titre qui s'étale à la Une de tous les journaux ( ces gens chassent en meute) que je viens de parcourir :
    "Philip Morris a fiché les députés européens."
    Fiché ! Quelles images redoutables fait  surgir ce verbe dans l'esprit du lecteur !
   Fiché! Aussitôt, nous voyons une obscure soupente où des argousins au teint bilieux, le regard torve, la moue carnassière, trempent leur plume dans des encriers de porcelaine fêlée pour noircir des fiches en carton quadrillé de patronymes d'individus destinés à croupir dans des cages de fer jetées au fond d'oubliettes médiévales, tandis qu'un lecteur plus au fait des nouvelles technologies se représentera un bureau éclairé d'ampoules led et bios à la propreté clinique où des hommes au teint (etc.) assis nuit et jour devant un ordinateur entrent dans des fichiers Excel les patronymes de (etc.) et, merveille de l'informatique ! , y ajoutent de quelques clicks tout un tas de données confidentielles sommeillant en d'autres fichiers.
     Je me rappelle que, il y a un bon demi-siècle, ma rebelle personne fut fichée aux Renseignements généraux ( je le sus par un député bien informé) et que de bas espions se privèrent de repos pour noter mes faits et gestes, hélas modestes en leurs effets, prouvant une opposition politique que j'étais fier de clamer urbi et orbi, et ce fichage, je le pris comme une décoration.
    Quittons ce passé tristement enfui pour revenir à la brûlante actualité -- le crime de Philip Morris .
   Désireux de savoir à quelle sauce ils seront mangés , de prévoir s'ils pourront poursuivre leur production, ou devront se reconvertir dans la fabrication de tomates bio , les dirigeants de Philip Morris ont fait recopier la liste des individus surnommés "députés européens", et ont fait suivre chaque nom d'un petit carré de couleur variable,  code indiquant , en fonction de leurs discours et votes, le degré d'hostilité de ces "députés" envers les derniers fumeurs et leur propension à prohiber les moindres plaisirs
    Une telle liste permet donc de voir rapidement s'il faut s'empresser d'acheter des graines de tomate, ou s'il demeure un peu d'espoir – s'il existe encore quelques parlementaires qui puissent s'abstenir d'un vote persécuteur.
    Plus simplement : Philip Morris ( quelle joie que d'écrire ce nom! ) a compté et identifié amis et ennemis, sans violer la moindre loi, sans se livrer à la plus petite indélicatesse.
    Présentée ainsi, la dénonciation de cette action aurait risqué de ne pas dresser les foules contre le méchant industriel, mais le vocabulaire dispose de mots magiques déclenchant de pavloviens réflexes de répulsion – Philip Morris n'a pas compté, mais fiché , le verbe implique la condamnation sans appel, et je dois arrêter d'écrire pour m'empresser d'aller acheter une brouette de cartouches de cigarettes, avant que son fabricant ne disparaisse sous un tir ciblé de missiles humanitaires.

4 commentaires:

  1. Il me semble qu'opposer "acheter des graines de tomates" à la pérennité de l'espoir est une basse attaque contre un fruit savoureux dont la culture n'est pas incompatible avec le tabagisme. J'en suis la preuve vivante.

    A ce détail près, j'adhère à votre diatribe contre les pourfendeurs de "ficheurs"

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir !

      Supprimer
    2. Cher Jacques, goûter les tomates de vos collines n'étant pas donné à tout le monde, il est difficile de se prononcer sur la saveur d'icelles. Et à l'immense cohorte d'aveugles n'ayant pas eu cette chance, il ne reste que leurs sens pour en juger. Et je confirme, la tomate est souvent un fruit sinon insipide, du moins à la saveur aussi légère qu'un verre d'eau du robinet, le chlore en moins

      Supprimer