david in winter

david in winter

mercredi 4 septembre 2013

Blanc, moi ? Oh pardon !



    Désireux de promouvoir en Allemagne, une nouvelle confiserie (delicatesse )  -- des bouchées de chocolat blanc avec des noisettes --  un chocolatier italien décide d'une campagne publicitaire à la télévision, dont il confie la conception et la réalisation à l'une des premières agences mondiales.
   Des spots vantant cette confiserie sont diffusés.
   Dans ces spots, il est mis en valeur que ce chocolat blanc est blanc, ce qui, ajouterai-je, le distingue du chocolat noir ou foncé, et se trouve, en l'occurrence, être sa principale originalité.
  Non seulement cette blancheur est mise en avant, mais le spot semble impliquer que la blancheur de ce chocolat lui donne une sorte d'espèce de supériorité,  par l'allure, l'apparence, et sans doute même le goût, sur toutes autres confiseries – sous-entendu : celles qui sont faites de chocolat noir.
   Ce message a immédiatement été relevé par divers experts, chercheurs et spécialistes de la Bête immonde, dont un professeur de sociologie qui a ainsi pu lire son nom dans le journal, tous scientifiques éminents qui n'ont pas manqué d'observer que cette publicité était à la gloire du suprêmatisme blanc.
  Les porte-parole de diverses associations de lutte-contre-le-racisme, l'esclavagisme et la discrimination entre les couleurs se sont empressés de justifier leurs salaires en diffusant dans les medias anciens et modernes les protestations indignées enregistrées dans les mémoires de leurs ordinateurs et smartphones.
  Le chocolatier a aussitôt réagi avec la bravoure du pot de terre confronté au pot de fer.
  Dans l'heure, la publicité kukluxklanesque était retirée, et sans doute furent brûlés les disques durs où elle était enregistrée, tandis qu'un représentant de l'entreprise présentait ses regrets, excuses et repentirs à toute communauté qui aurait pu être offensée, irritée et peut-être même traumatisée.
  Cette amusante historiette exprime à merveille le rapport de force qui existe entre divers membres des actuelles sociétés occidentales, par exemple un industriel et ... et ? silence.
  Mais si j'étais producteur de pain blanc, de fromage blanc ou de vin blanc, je commencerais à songer à ma reconversion.

16 commentaires:

  1. Cette histoire est hallucinante! Dans le rapport de force que vous évoquez, les inquisiteurs finissent toujours par obtenir les aveux puis le repentir des suspects. Et je lisais que le chocolatier en question s'est trouvé obligé de réciter la profession de foi suivante: «Il est important pour nous de souligner clairement que nous sommes strictement opposés à toute forme de xénophobie, extrémisme de droite ou de racisme». Et voilà, une fois de plus, la terreur a gagné. Je frémis à l'idée que l'on puisse un jour m'accuser de racisme parce que j'aurai reconnu préférer le vin blanc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si vous deviez vous rendre à l'ennemi, ne brandissez pas de drapeau blanc...

      Supprimer
    2. Je ne pense pas que le drapeau noir soit une alternative garantissant la sauvegarde...

      Supprimer
    3. Je ne pense pas que le drapeau noir soit une alternative garantissant la sauvegarde...

      Supprimer
  2. Nul doute que le pain noir a de l'avenir devant lui, pour beaucoup ! Nul doute non plus que seuls des cons ont pu se lever contre cette campagne, le chocolat noir étant du chocolat, le chocolat blanc n'étant, en l'occurrence, qu'un ersatz de chocolat, sans autre intérêt que celui de l'aspect.

    Ce n'est pas cela qui va chasser mes idées... noires !

    Quant aux marches blanches, y compris dans des quartchiés difficiles, les renommer par consensus diverses ou bariolées risque à terme de desservir bien des causes.

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  3. Merci.
    Mais j'adore le chocolat blanc, qui est à base de beurre de cacao, et je ne suis pas raciste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois l'être, alors, puisque je préfère largement le chocolat noir. Au lait, à l'extrême limite.

      Supprimer
  4. Il y a quelques années, une grande enseigne de la distribution qui commence par un D et se termine par un Y avait eu quelques ennuis avec la justice à cause d'une banale annonce d'emploi. En effet, il était précisé qu'il recherchaient un "vendeur blanc". Aussitôt les associatifs citoyens et vigilants crièrent au scandale et saisirent la justice afin de punir ces odieux racistes qui avaient le front de publier de telles annonces discriminatoires.

    La marque fut relaxée suite a son explication. Dans le jargon professionnel qui est le leur, un vendeur blanc est tout simplement celui qui a en charge le rayon du gros électro-ménager : réfrigérateurs, etc. dont la particularité est qu'ils sont majoritairement de couleur blanche.

    Les associatifs, honteux et confus, jurèrent mais un peu tard qu'on ne les y reprendraient plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pour les produits "bruns" ( video, hi-fi etc. ) ?
      Un vendeur ... ?

      Supprimer
    2. C'est pour cela qu'ils évitent les produits verts, le martien étant plutôt difficile à recruter.

      Supprimer
  5. l'Absurdité anti-waciste dans toute sa grandeur !

    Et je mets quiconque au défi de trouver une patisserie qui oserait encore vendre ces deux gâteaux dont je raffolais enfant: la tête de nègre ( meringue enrobée de chocolat) et le congolais ( noix de coco )

    RépondreSupprimer
  6. J'ai croqué beaucoup beaucoup de congolais.
    Sans pitié ni remords.

    RépondreSupprimer
  7. Des bouchées au chocolat blanc fourrées à la praline, c'est divin, il me semble que c'était la marque C^te d'Or qui les faisait.

    J'aime bien ce qui est noir, la bière surtout les allemandes (Schwarzbier), le pain allemand aussi, et les dames mais celles ci sont rarement allemandes même si certaines viennent des anciennes colonies allemandes comme le Togo.

    Quant à cette bêtise de s' excuser pour un oui pour un non sur le blanc et le noir commence à devenir pénible.

    Bientôt les nuits ne seront d'un noir d'encre mais de couleur,il sera interdit d'utiliser un tableau noir surtout avec une craie blanche.

    On a pas fini de descendre dans la connerie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notez qu'à Paris ils ont créé les nuits blanches. En réaction contre l'intolérable réalité ?

      Supprimer
    2. Parfois, elle se termine en série noire!

      Supprimer
    3. Parfois, elle se termine en série noire!

      Supprimer