david in winter

david in winter

samedi 14 septembre 2013

Bijoutier niçois : le courage et la révolte



     Ne soyons pas surpris que le courageux bijoutier niçois qui a, très justement et très légitimement , abattu la misérable crapule venue l'agresser et le voler, ait été soumis par les gens de l'Etat à cette torture chérie de la gauche humaniste nommée "garde à vue", pour être ensuite inculpé d'un prétendu crime passible de trente ans de bagne.
   Depuis des décennies, et avec l'amicale complicité des politiciens "de droite", ces gens de l'Etat, appelés juges par dérision, ont été élevés dans la conviction que l'honnête homme travaillant pour gagner sa vie est un coupable, coupable par cela même que cette honnêteté et ce travail engendrent des inégalités réduisant de malheureuses victimes à la dure nécessité de s'emparer du bien d'autrui pour s'acheter des téléphones mobiles.
   Et aussi, lorsqu'un honnête homme ose se défendre contre l'agresseur dont refuse de le protéger les gens de l'Etat, ceux-ci ressentent cet acte comme une insulte, une sorte de reproche même qui pourrait signifier qu'ils n'ont pas fait le travail pour lequel ils sont payés, et continueront, étant fonctionnaires, d'être payès jusqu'à leur dernier souffle.
   De ce soupçon de prévarication, n'est-il pas naturel qu'ils se vengent, et en toute impunité puisque, s'ils ne sont pas la justice – cette justice ancestrale et bafouée qui édictait que le coupable était l'agresseur et non l'agressé--, ils sont la loi ?
   Ce dévoiement n'est pas nouveau et, depuis plusieurs années, sous la protection bienveillante des nommés Chirac et Sarkozy ( comment écrire ces noms sans vomir ? ), les gens de l'Etat jetaient dans leurs geôles de braves gens qui s'étaient bravement défendus contre la racaille, et ils commettaient ces injustices dans l'indifférence de l'opinion.
  Mais les temps changent-ils ?
  Alors que j'écris ce billet, le nombre de soutien au quasi-héroïque bijoutier exprimés sur une page Facebook est de 954.757 , et dépassera certainement le million – un million d'hommes et de femmes qui, spontanément, sans mot d'ordre, disent : "assez" , assez de fausse compassion pour les criminels, assez de jérémiades médiatiques pour une inexcusable canaille, assez de mépris et de persécution envers celles et ceux qui gagnent leur pain à la sueur de leur front.
   Est-ce une révolution qui se léve?
  Surprise par l'ampleur du mouvement, la plèbe médiatique s'en est d'abord fait hier l'écho, puis, s'étant reprise, le tait aujourd'hui, et l'on ne peut douter que les politiciens s'emploieront à le déconsidérer, mais, même si cette immense vague de protestation devait mourir demain, elle aura existé, comme ont existé les manifestations contre un certain mariage.
   Révolution demain?
   Je n'en sais absolument rien, mais il me semble qu'un peuple commence à sortir de sa passivité, et se dresser contre l'oppression des idéologues pervers et des élites dégénérées.

11 commentaires:

  1. Le million est passé.

    Je profite de ce billet pour clarifier un point. Ce n'est pas que la police ne veut pas protéger les honnêtes gens de la racaille. Quand on entre dans la grande maison, c'est parce qu'on a des convictions chevillées au corps. Mais il y a des réalités qui entrent en collision avec le discours de la république. Il y a 142.317 policiers et 98.155 gendarmes (hors réservistes) pour une population d'un peu plus de 65 millions d'habitants. En 2012 il y a eu grosso modo 8,9 millions de crimes et délits commis.

    Le taux de résolution pour les homicides et autres crimes est satisfaisant, bien que perfectible dans l'idéal, il approche les 90%. En revanche, pour le reste on tourne aux alentours de 35% à 40%. Sur 100 délits commis, 40 au mieux déboucheront sur une interpellation, sur ces 40 environ 20 à 25 seront déférés au tribunal, au final surlement 8 condamnations seront prononcées.

    La police, je parle des gens de terrain, elle fait ce qu'elle peut avec les moyens qui lui sont alloués et elle le fait bien. Là où le bât blesse, c'est le discours républicain sur l'Etat protégeant le bon peuple. On met dans la tête des gens qu'il ne peut rien leur arriver parce que les forces de sécurité veillent. C'est un mensonge criminel. Comment 240.472 personnes peuvent-elles protéger réellement 65 millions d'individus ?

    Autre crime : le contrôle des armes. On livre sciemment la masse des honnêtes gens à la voyoucratie qui elle se fiche des autorisations pour acheter des armes et qui en plus les touche à moindre prix. Actuellement, un AK 47 est moins cher que bon nombre de pistolets 9mm légalement achetés.

    RépondreSupprimer
  2. Toujours cet adage: " Quand les armes sont hors la loi, seuls les hors la loi sont armés."

    A une époque dans certains états américains où le port d'armes est légal, les petits braqueurs s'en prenaient aux touristes qu'ils savaient désarmés.

    On entre moins facilement dans une maison quand on sait qu'on aura la malchance de se trouver nez à nez avec un gentil armé d'un coach-gun et qui ne sera pas condamné que dans un domicile ou le propriétaire de pourra rien faire devant un cambrioleur.

    De plus avec la législation française qui sera bientôt européenne, il est extrêmement difficile de posséder une arme de poing, actuellement il faut pratiquer le tir à titre sportif, ranger à part munitions et pistolet ou revolver dans un coffre, il en est de même pour les armes d'épaule.

    Le port d'armes n'existe pas sauf pour des professions à risques, seul est attribué une détention d'armes afin de pouvoir vous déplacer avec l'arme pour aller de chez vous au stand de tir évidemment cette dernière devra être dans une mallette et munitions non engagées, un système bloquant la queue de détente* est souhaitable.

    * La queue de détente est le nom exacte de la pièce que ces abrutis de journalistes dénomment la gâchette qui elle se situe à l’intérieur de l'arme.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'en sais absolument rien, mais il me semble qu'un peuple commence à sortir de sa passivité, et se dresser contre l'oppression.

    Comme il semble, et nous n'allons pas nous en plaindre, que vos billets soient de plus en plus mordants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Mais je risque de retourner dans le passé, plus glorieux.

      Supprimer
  4. il est indéniable que plus que tout autre chose, le succès de ce soutien prouve que l'indignation monte dans le pays. Malheureusement, s'indigner est bien beau mais encore faudrait-il que les positions face à l'autorité changent. Si un consensus se dessine tendant à exiger plus de fermeté de la part des autorités, les gens sont-ils prêts à soutenir un gouvernement qui en ferait preuve (y compris à leur égard en cas de faute) ,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne s'agit pas de fermeté, mais de justice.

      Supprimer
    2. Soutenir un gouvernement ? Relisons la fable du chat, la belette et le petit lapin...

      Amike

      Supprimer
  5. D'après la gauchosphère, 80% des "likes" de cette page seraient achetés et il n'y aurait finalement que 250 000 personnes qui auraient approuvé cette page en France.

    http://www.jegoun.net/2013/09/bijoutier-ou-pantins-reactionnaires.html

    ClockworkBlack

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens qu'on va rejouer l'épisode de la manif pour tous...
      Cela étant, même 250 000 ce serait déjà beaucoup.

      Supprimer
    2. Finalement, il semble que les blogueurs de gauche qui ont mis en doute la popularité de cette page Facebook se soient un peu emballés.

      https://scontent-a-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-ash3/p480x480/1256491_514333125319078_100906012_n.png

      ClockworkBlack

      Supprimer
    3. Ils ne se sont pas emballés : ils mentent.

      Supprimer