david in winter

david in winter

mardi 10 septembre 2013

Dérapage et novlangue



   Quand M. Alain Delon déclare, dans une interview, que "il est contre-nature que les couples homosexuels aient des enfants", l'ensemble des medias reprend ces propos, d'ailleurs en les déformant pour provoquer le lynchage, mais ceci est une autre histoire, en les qualifiant de dérapage.
   Lorsque M. Tony Abbott, nouveau Premier ministre d'Australie, parle durant sa campagne électorale des "femmes qui, au foyer, vaquent à des tâches ménagères", le quotidien vespéral et de référence que la gauche mondiale nous envie, précise que M. Abbott a dérapé , et ajoute que ce politicien ( qui, par une remarquable coïncidence, semble être de droite ) est coutumier de tels dérapages.
   Le substantif dérapage est un néologisme ( âgé de quelques décennies) formé sur le verbe déraper , terme de marine qui désigne "une ancre qui, bien que mouillée, n'est plus fixée au fond et laisse dériver le vaisseau" (Littré).
   Par extension, le dérapage s'applique à un véhicule, de préférence automobile, qui , contre la volonté de son conducteur, quitte sa trajectoire pour zigzaguer sur la route, ou même en sortir pour terminer sa course dans un fossé, contre un arbre ou sur un passant.
    Dans le langage médiatique actuel, voyons d'abord ce que dérapage n'est pas : ni la langue qui fourche, ni le lapsus, qui sont pourtant des propos émis contre la volonté du locuteur, ne sont des dérapages – quand M. John Kerry prononce le nom de Saddam Hussein au lieu de Bachir el-Assad , aucun journaliste n'écrit qu'il a dérapé.
   Le dérapage médiatique implique fondamentalement un jugement de valeur moral, et même éthique – en qualifiant de dérapage tel ou tel propos tenu par telle ou telle personnalité, ce mot a été choisi avec soin  pour signaler au lecteur, ou à l'auditeur, que ce propos est contraire à l'idéologie dominante , et que par conséquent il est nécessairement condamnable.
  Dérapage n'est pas un euphémisme ( comme jeune, sensible, divers, etc. ) mais une métaphore qui évoque une route droite, qui est celle du bien, et dont celui qui s'écarte ne peut être qu'un suppôt du mal.
  Le vocabulaire médiatique  n'est pas innocent, ni neutre ( value free ); pour ceux qui l'utilisent, peut-être parfois plus par par psittacisme qu'intelligence..., donc précisons : pour ceux qui l'utilisent consciemment, sa fonction est de séparer avec une netteté manichéenne deux camps ( celui du bien et celui du mal ) et pousser le lecteur ou auditeur à inclure automatiquement tel ou tel individu parmi les bons, ou parmi les méchants.
  De cela résulte pour le réactionnaire une règle de conduite apte à lui faire gagner du temps – chaque fois qu'il lit ou entend que M. X. ou Mme Y. a commis un dérapage, il peut, sans plus d'examen, leur accorder toute sa sympathie.
   Et pour terminer sur une note d'une fraîche actualité : un député australien , M. Peter Dowling, qui représente le Queensland, a envoyé à sa maîtresse, qu'il avait peu auparavant honorée avec vigueur dans les locaux du Parlement, un message téléphonique accompagné d'une photographie de son pénis trempant dans un verre de vin rouge.
  Le membre viril de l'honorable parlementaire aurait-il dérapé ?

4 commentaires:

  1. Ce monsieur commet une grave erreur c'est dans un verre de vin blanc que l'on trempe son membre viril car c'est ainsi qu'on peut de nouveau le remplir à la façon d'un stylo plume.

    je sors sans déraper.

    RépondreSupprimer
  2. Excellente analyse ! Je suis souvent étonné de voir qualifié de dérapage des propos de simple bon sens. Cela est logique dans la mesure où on n'hésite pas à nous fourguer pour du bon sens de totales inepties.

    RépondreSupprimer