david in winter

david in winter

jeudi 4 juillet 2013

Morts un 4 juillet



   Il y a cent quatre-vingt sept ans, le 4 juillet 1826 , jour du cinquantième anniversaire d'une très fameuse Déclaration d'Indépendance mourait à Monticello, en Virginie,  son rédacteur Thomas Jefferson, troisième Président des Etats-Unis d'Amérique – il était une heure de l'après-midi .
   A six heures de l'après-midi de ce même 4 juillet, à Quincy , Massachussetts,   mourait John Adams, deuxième Président des Etats-Unis d'Amérique, après avoir murmuré : "Thomas Jefferson survives " , nous ne savons si c'est là une question, ou une affirmation.
   La coïncidence de ces deux morts ( et James Monroe , le cinquième Président, et dernier des Virginiens, mourut également un 4 juillet, de 1831... ) m' a toujours ému, parce que ces deux hommes furent unis d'une longue et belle amitié – coupée d'une violente période de haine .
  Ils étaient très dissemblables.
  John Adams , né en 1735, était un lawyer du Massachussetts, puritain et pieux, conservateur, de fortune moins que médiocre, mais économe.
  Thomas Jefferson, de huit ans son cadet, était propriétaire d'une vaste plantation et de nombreux esclaves, déiste, pour ne pas dire athée, philosophe dans le sens français de ce temps, dilettante et esthéte, prodigue et ruiné en ses dernières années.
  John Adams était de taille moyenne,les yeux noirs, un peu gros et tôt chauve, Thomas Jefferson était grand, mince, les yeux noisettes, le cheveu roux, et était un excellent cavalier, Adams faisait bourgeois, Jefferson aristocrate.
  Founding fathers, ils avaient combattu côte-à-côte pour l'Independance, s'étaient estimés, et liés intimement quand, en 1788, tous deux furent en Europe, Adams ambassadeur à Londres, Jefferson à Paris.
   La politique les sépara. En 1796, pour succéder à George Washington, John Adams fut élu Président contre Thomas Jefferson – 71 voix pour l'un, 68 pour l'autre.
  La présidence d'Adams ne fut pas paisible, les partisans de Jefferson l'attaquèrent avec férocité, au point qu'Adams promulgua des lois scélérates pour faire supprimer les gazettes d'opposition.
  A l'élection de 1800, Thomas Jefferson battit John Adams , lui infligeant l'humiliation du refus par le peuple d'un second mandat. Réélu, Thomas Jefferson quitta la Présidence le 4 mars 1809, la laissant à son disciple James Madison, le deuxième des Virginiens .
   Dois-je dire qu'il n'y avait plus aucun rapport entre les deux ennemis ?
    Le premier janvier 1812, John Adams écrivit à Thomas Jefferson ( "Dear Sir" ) pour accompagner l'envoi de deux pièces de tissu faites par une personne que protégea Jefferson, et lui souhaiter la bonne année. " I am, Sir, with a long and sincere Esteem your Friend and Servant " terminait la lettre. Thomas Jefferson répondit vite ( "Dear Sir" ) , longuement, chaleureusement, et ayant enfin assuré son vieil adversaire qu'à aucun moment il ne lui avait retiré sa sincère estime, il terminait ainsi : " I now salute you with unchanged affections and respect."
  S'ensuivirent 158 lettres ( 109 d'Adams, 49 de Jefferson )  -- la dernière est d'avril 1826 (Adams) – traitant essentiellement de littérature, de philosophie, et d'amitiè.
    Dans aucune de ces lettres, ils ne s'appelèrent autrement que 'Dear Sir".

PS. A lire : The Adams-Jefferson letters ( University of North Carolina Press, 1959).

4 commentaires:

  1. Born un 4 juillet : ma fille a 40 ans aujourd’hui.

    RépondreSupprimer
  2. Belle présentation ; et on est saisi (le monoglotte que je suis, en tout cas) du regret que ces lettres, apparemment, ne soient pas traduites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Didier: je voulais vous remercier de m'avoir fait reprendre le train, un vieux train à la Simenon.
      Y'a pas à dire vous écrivez bien.

      Supprimer