david in winter

david in winter

samedi 17 août 2013

Tout se vaut, rien ne vaut



    Ce matin, sous un ciel gris, deux informations ont éveillé mon attention.
   Petit a : dans une contrée exotique, quelques centaines d'individus mâles ont joyeusement quitté cette terre pour s'en aller au paradis d'Allah déflorer des vierges grassouillettes.
  Petit b : "Un  M. de Loménie, jeune conseiller au parlement des requêtes, est aujourd'hui la fable de la ville [Bordeaux]. Il a été dernièrement trouvé la nuit en flagrant délit sub jove frigido , avec une fille hideuse & dégoûtante, un vrai plastron de corps-de-garde, bonne tout au plus pour les soldats & matelots. (...) M. de Loménie a mis le comble à sa sottise & à son infamie, en présentant à sa compagnie un mémoire justificatif."
  Petit a résume fidèlement ce qui apparaît, sous une forme à peu près identique, à la Une des quotidiens parus ce 17 août 2013, petit b reprend textuellement une nouvelle du 3 avril 1782, recueillie dans l'ouvrage intitulé Mémoires secrets pour servir à l'histoire de la république des lettres en France, depuis MDCCLXII jusqu'à nos jours; ou journal d'un observateur—cet ouvrage est aujourd'hui connu sous le titre inadéquat de Mémoires de Bachaumont, et j'en reparlerai.
  Petit a a provoqué un vaste buzz auquel je serais totalement indifférent, car l'affaire ne me touche en rien et n'influera pas sur mes activités de la journée, si ce buzz n'était essentiellement constitué de commentaires, le plus souvent proche de la condamnation, émis par des hommes et des femmes que ladite affaire ne concerne pas plus que moi. J'en ai tiré la peu originale conclusion que mes contemporains ont une grande propension à se mêler de ce qui ne les regarde pas, dans le seul espoir de faire ainsi semblant d'exister.
  Quant à petit b, il y a de fortes probabilités pour que cet évènement n'ait été ce matin relevé que par moi seul,et je m'abstiens d'approuver ou improuver la conduite de M. de Loménie.
  Il y a là une inégalité de traitement qui choquera sans doute les chantres du relativisme culturel pour qui tout se vaut.

3 commentaires:

  1. ". J'en ai tiré la peu originale conclusion que mes contemporains ont une grande propension à se mêler de ce qui ne les regarde pas, dans le seul espoir de faire ainsi semblant d'exister."

    Je constate avec tristesse que vous ne comprenez pas bien les affres que connaît tout bon citoyen du monde en tant que membre actif de l'humanité.

    RépondreSupprimer
  2. Une remarque me vient à l'esprit, je sais , elle certainement trivial mais comment des femmes ayant des rapports sexuels avec une multitude d'hommes peuvent toujours rester vierges, là je suis dans le brouillard.

    Si chacun se mêlait de ses affaires, internet n'existerait pas , ni les journaux car le me moque éperdument que monsieur A s' est fait offrir un lifting à coups de hache danoise par monsieur B si ce n'est pouvoir causer avec monsieur C de choses diverses afin de remplir nos heures creuses.

    Mais il y a des limites, comme les pénibles qui vous saoulent avec la Star-Act ou Secret-Story comme mes collègues de travail qui sortis de ce binôme me gavent de leur football.

    Foutre de Dieu, je hais ce sport, vive les gladiateurs.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grandpas, vous n'êtes qu'un mécréant. Oser douter des délices auxquels les fidèles pourront goûter une fois arrivés au paradis d’Allah. Ce n'est pas bien. Les Houris sont éternellement jeunes, belles, et vierges. Elles n'ont jamais appartenu à notre misérable plan humain, elles sont de nature céleste. Ce qui m'interpelle, comme on dit dans "le monde", c'est que le mot "houri" est masculin alors qu'il désigne des être célestes féminins. L'islam serait-il l'inventeur du "gender" ?

      Supprimer