david in winter

david in winter

mardi 11 juin 2013

Salauds d'arbîtres !

   Dupond et Durand , en désaccord sur une quelconque affaire, se retrouvent englués dans un procès qui, de renvois en annulations, d'appels en oppositions etc. , commence à leur coûter fort cher en honoraires d'avocats, en temps passé à relire et corriger d'himalayennes piles de dossiers sans que rien ne soit tranché.
  Voulant en terminer, ils décident de confier leur litige à un arbitrage , procèdure dont le coût est élevé mais unique , bref, ils s'en remettent à une justice privée qu'ils estiment, tous comptes faits, moins onéreuse et plus rapide que la justice d'Etat.
  C'est là ce qu'il est convenu d'appeler un choix rationnel.
  C'est aussi un choix qui, s'il est porté à la connaissance des juges d'Etat, ne peut qu'exciter la suspicion de ces derniers, car il est dans la nature monopolistique de tout fonctionnaire de ne pas aimer la concurrence.
  Il se peut même que les copieux honoraires que perçoit cette concurrence excite quelque envie, ou non, ne médisons pas.
  Et maintenant, un peu de fiction.
  Que se passerait-il si les détenteurs de la puissance publique décidaient d'attaquer un arbitrage qui aurait donné tort à l'Etat , ou à l'un de ses pseudopodes, et de jeter dans les griffes des juges d'Etat non seulement les juges privés, mais les plaideurs ayant choisi d'y recourir ?
  Mais ce n'est là qu'un sujet de roman, que je ne suis pas d'humeur à écrire par ce temps pluvieux.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire