david in winter

david in winter

jeudi 27 juin 2013

Paille, poutre et achat de voix.




    Tandis que détrousseurs de vieilles dames, monte-en-l'air et vide-goussets folâtrent librement, un  escadron de sbires et torquemadas assortis ont pris dans leurs rêts un redoutable et très-vilain criminel  -- un acheteur de voix.
     C'est là l'affaire du présent quart d'heure ( dont la finalitè réelle est d'emmouscailler le propriétaire du seul quotidien de pourtant bien modeste opposition, mais ceci est une autre histoire ) et qui, dans son énoncé médiatique, demande un léger éclaircissement.
     Achat de voix  signifie qu'un individu a donné des sous à un citoyen pour que, en échange, celui-ci lui apporte son suffrage à une quelconque élection à laquelle l'acheteur est candidat ( pour les jeunes bacheliers, je précise qu'il faut obtenir beaucoup de suffrages, et même plus que les concurrents, pour être proclamé élu de la République ).
     Où est le crime ?
     Un citoyen est propriétaire de son suffrage, sinon il serait dans l'incapacité de l'exprimer , et, en tant que propriétaire il a un droit parfaitement légitime de vendre ce suffrage, qui est son bien , à quiconque souhaite le lui acheter ; corollaire: un autre individu a également un droit parfaitement légitime d'acheter le suffrage mis en vente.
    ( Quant à l'idéologie vicieuse qui a institué une loi scélérate prohibant cet échange très-démocratique, je m'en occuperai, ou non, un autre jour ).
    Revenons à nos libres commerçants juste pour noter que c'est avec son propre argent que l'acheteur acquiert des suffrages.
     Observons maintenant une autre élection, d'une plus vaste étendue, dans laquelle, au hasard parmi une flopée de candidats eiusdem farinae , un sieur Hollande postule à la victoire. Que fait ce sieur Hollande ? Il achète les voix des fonctionnaires en les assurant que, lui élu, ils seront certains de percevoir leur traitement jusqu'à leur dernier souffle, dussent-ils survivre quatre ou cinq décennies après leur retrait du service, il achète les voix d'un troupeau d'histrions aigris et de marchands de spectacles sans spectateurs en leur jurant que, lui élu, ils se gaveront de pensions, subventions et prébendes, il achète les voix de fainéants analphabètes en leur garantissant que, lui élu, leur seront octroyés des postes de maîtres d'école, avec salaire assuré jusqu'à la tombe..., etc., etc.
   Contrairement à notre premier acheteur, ce n'est pas avec son propre argent que le sieur Hollande ( ou tout autre semblable politicien ) paye les voix qu'il achète, mais avec un argent pris dans la poche d'autrui sous la menace des armes ( ce qui est la violence légitime de l'Etat selon Max Weber ) .
   Moralitè : qui vole pour acheter des voix est assuré de l'impunité.

2 commentaires:

  1. Je découvre avec bonheur votre blog et vais de ce pas le placer dans ma liste afin de modestement contribuer à un succès que je souhaite ardemment lui voir connaître.

    Votre moralité mériterait d'orner les frontons de nos mairies et de l'Élysée

    RépondreSupprimer
  2. Merci merci, vous êtes trop indulgent.

    RépondreSupprimer