david in winter

david in winter

lundi 19 janvier 2015

Souvenirs de terrorisme

     

     Ai-je été un terroriste?
     Il y a bien, bien des années, j'aidais, soutins de toutes mes juvéniles et faibles forces un mouvement que les autorités appelaient terroriste.
     En fus-je réellement membre?
     Cette organisation était secrète, et ne distribuait pas de carte d'adhérent, quant à moi, disons que je gravitais dans une nébuleuse, qui pouvait être cette organisation, ou seulement son écume.
     Je ne posai jamais de bombe, activité que je jugeais peu honorable, et contre-productive (l'effet le prouva), ni ne tuai personne, mais si un chef, évidemment respecté et respectable, m'eût ordonné d'aller tirer quelques balles dans le ventre d'un méchant ennemi, avec quelle joie et quelle fierté eussé-je obéi!
     Je participais à la préparation d'un complot pour nous emparer, par des souterrains oubliés, de l'Elysée (l'affaire tourna court) et, par une belle nuit de printemps, je m'en allais, après avoir fait mes adieux à une douce amie, m'emparer d'un aérodrome militaire en compagnie de camarades armés de pistolets (moi, de ma seule bonne volonté, et l'affaire tourna court).
    Pour l'essentiel, je plaçais auprès de bistrotiers sympathisants, en échange de vrais nouveaux francs, des bons émis par l'Organisation et remboursables après la victoire, et je collais des affichettes, qui seraient aujourd'hui qualifiées d'apologie du terrorisme et étaient alors une atteinte à la sûreté de l'Etat. Je cachais aussi, à leur sortie des rotatives, les exemplaires d'un hebdomadaire régulièrement saisi par la police politique.
     Puis, une semaine durant, je vécus dans la clandestinité (et séduisis la fille de mes hôtes—ô romantique jeunesse!).
     Fleurissaient lois d'exception et juridictions d'exception, nous ne nous en souciions guère.
     Dans cette aventure, beaucoup de nos aînés étaient des récidivistes – ils avaient activement participé à la Résistance contre les Allemands, mouvement que les autorités (d'alors) appelaient terroriste.
    De ce temps, de ce combat dont le mobile essentiel était pour moi de protéger nos concitoyens de religion musulmane..., je ne regrette que l'échec.
    En 1995, je publiai un roman dont les héros sont des terroristes qui se sont donné pour mission de sauver l'humanité en tuant beaucoup d'innocents, leurs mobiles sont sociaux, un peu politiques, beaucoup mystiques et métaphysiques. Ce roman a  de gros défauts, je pense néanmoins qu'il explique fort bien ces tueurs, et ceux de leur espèce.
    Quelques années plus tard, je lus dans un newsmagazine un long article sur un assassin qui avait, dans une banlieue de Paris, exterminé une dizaine de politiciens de troisième ordre. Cet homme avait , sur sa table de chevet, ce mien roman, et l'un de ses amis confiait qu'il en avait été le lecteur assidu.
    Cette information me laissa une curieuse impression.
    Disserterai-je ici sur la responsabilité de l'écrivain?
    Non.
    Mais ce qu'est l'esprit d'un terroriste, je crois le comprendre.

7 commentaires:

  1. Quel est le titre de ce roman?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être "Le précieux con de Louise" ?

      Supprimer
    2. "Je vous hais", plutôt. Certains passage de ce roman sont assez insoutenables (du moins quand on a mon cœur de midinette).

      Supprimer
    3. Bravo, Jacques, vous avez deviné!

      Supprimer
  2. Une Organisation ? Armée et Secrète ? Je ne vois vraiment pas...

    RépondreSupprimer
  3. Il y aurait un roman à écrire sur cette histoire de prise de l'Elysée par des souterrains oubliés. Vous pourriez l'intituler "Les caves du Président".

    RépondreSupprimer
  4. Il suffit peut-être de lire "Le catéchisme du révolutionnaire : Règles dont doit s'inspirer le révolutionnaire", de Netchaiev et Bakounine, pour en connaître la quintessence...

    Amike

    RépondreSupprimer