david in winter

david in winter

vendredi 16 janvier 2015

Bienheureuse Soumission : votons Ben Abbes



    Soumission, de M. Houellebecq, ouvrage qui a déclenché l'ire automatique des bien-pensants qui ne l'avaient pas lu, est un roman de facture classique, d'une lecture fort agréable et légère, émaillé de notations réactionnaires et de réflexions qui, pour n'être guére originales, n'en sont pas moins pertinentes.
     On peut déplorer quelques négligences de syntaxe, et diverses étourderies nuisant parfois à la crédibilité du propos,  scories qu'eût suggéré de corriger un véritable éditeur, mais  M. Houellebecq est publié par un épicier en gros, la maison de commerce Flammarion/Gallimard.
     Le héros et narrateur, universitaire médiocre menant une existence médiocre traversée d'interrogations existentielles médiocres et égayée de quelques galipettes narrées avec la précision et le lyrisme d'un mode d'emploi de machine à laver ( il est donc  le héros houellebecquien par excellence),  a consacré sa vie à commenter Huysmans, il est, en dehors de cette spécialité qui est son gagne-pain, absolument ignare.
     C'est pourtant avec une certaine acuité d'esprit qu'il observe et note les évènements qui bouleversent la France ( faiblesse souvent inhérente au roman écrit à la première personne : un récit trop intelligent pour son auteur) : grâce à la stupidité des partis de gouvernement est élu Président un M. Mohammed Ben Abbes, chef du mouvement Fraternité musulmane.
     Ce M. Ben Abbes est un visionnaire, et même un génie, qui entreprend de recréer ce que les Occidentaux avaient aboli sans espoir de retour : une civilisation.
     Une nouvelle société se met en place et, telle que la décrit le narrateur, qui s'y rallie sans regret, elle n'a que des vertus – l'Islam triomphant est le paradis sur terre, un paradis où, enfin, la femme retrouve sa place, qui est modeste.
     Si survenait dans le monde réel un M. Ben Abbes je renoncerais à mon obstiné refus de voter pour aller lui offrir mon suffrage (et celui de madame mon épouse), hélas, mille fois hélas, le roman de M. Houellebecq est un conte de fées...

13 commentaires:

  1. Passer du bas Empire à la Renaissance en quelque sorte ? Il faut que je vole ce bouquin !

    RépondreSupprimer
  2. Je me faisais des réflexions assez proches, quoique moins élégamment tournées : il est étrange qu'un ouvrage qui présente l'islamisation de la France comme un processus plutôt bienfaisant soit taxé d'"islamophobie". Et moi aussi, je pourrais bien voter pour M. Ben Abbes s'il se présentait.

    RépondreSupprimer
  3. Votre rêve s'est réalisé en 2012

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas exactement.
      C'est même exactement le contraire...

      Supprimer
  4. Vous lui offririez donc votre suffrage et votre suffragette.

    RépondreSupprimer
  5. Zut ! J'ai oublié de passer à la mairie avant le 31 décembre pour renouveler ma carte d'électeur...

    RépondreSupprimer
  6. Moi, rien que pour la femme pot-au-feu (ou couscous), je vote Ben Abbes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà six voix...
      La victoire approche.

      Supprimer
    2. Ho je crois que nous sommes bien plus !
      La victoire est assurée !

      Supprimer