david in winter

david in winter

vendredi 13 juin 2014

Le bel été de Président



     Agréablement installé dans son fauteuil préféré, Président se fit servir un diabolo-menthe, alluma un cigare sans tabac et poussa un soupir de satisfaction.
      La vie était belle, et paisible.
     Le peuple était désormais tout entier occupé du spectacle de bandes de primates multicolores courant après un ballon, spectacle habilement programmé pour se poursuivre jusqu'au début des grandes vacances, période durant laquelle il ne se passe traditionnellement rien qui puisse détourner les citoyens de leurs loisirs estivaux – apéritif, pétanque, galipettes extra-conjugales -- , diverses catastrophes exotiques (tsunamis, guerres civiles et génocides assortis) suffisant à alimenter au bar du camping quelques conversations concernées.
     Puis les jours raccourciront, les températures fraîchiront et ... arrivera la rentrée, laquelle se trouve tout aussi traditionnellement accompagnée d'un cortège de soucis, apte à susciter des manifestations de mauvaise humeur, et une baisse des débris de la cote de popularité présidentielle.
    Pas cette année, car Président tenait en réserve une arme propre à lui assurer l'affection de ses sujets.
    Ce qui suit est un peu technique, mais nécessaire.
    A intervalles réguliers, les Messieurs Etats publient des chiffres qui sont censés mesurer, et exprimer, la richesse de leurs pays respectifs, cela s'appelle le PIB, et est calculé en se fondant sur la production des habitants de ces pays, telle qu'elle apparaît dans divers documents comptables, et vérifiables. Autrement dit : la production authentiquement connue.
    Il a été observé que cette production connue peut être inférieure à la totalité de la production réelle, certains individus fourbes et cupides omettant d'informer les services de M. Etat du résultat (très positif) de leur activité.
   C'est pourquoi une commission européenne a enjoint à ses membres d'intégrer désormais au PIB les profits de divers commerces illégaux (quoique parfaitement légitimes...) tels la vente de substances interdites et de faveurs érotiques. Par nature, le montant de ces profits est inconnu, il devra donc être estimé, puis sera ajouté au PIB.
   Quelques Messieurs Etats, dont hier l'espagnol, viennent de déclarer adopter dès maintenant cette nouvelle méthode , mais Président, notre Président?
     Eh bien, en homme politique prévoyant de l'avenir, lui a décidé d'attendre la rentrée pour se conformer à ces nouvelles règles.
    C'est particulièrement habile.
    Il est aisé de comprendre que le résultat de l'estimation de l'inconnu peut être un peu ce que l'on veut, ce dont on a besoin..., et que  l'ajout de cette estimation entraînera nécessairement une flatteuse augmentation d'un PIB jusqu'alors facheusement stagnant.
   D'où un effet psychologique : le peuple sera enclin à se sentir plus riche, puisque les chiffres officiels (annoncés à la télé) le lui affirmeront.
    Ce n'est pourtant pas le plus important.
    A la suite d'obscurs marchandages, les Messieurs Etats ne peuvent emprunter qu'en fonction de leur PIB –mais..., celui-ci croît ? la faculté d'emprunt en fait autant, et Président peut aussitôt remplir ses caisses de liasses de billets (à rembourser aux calendes grecques).
   Cette manne, il pourra aussitôt la distribuer aux plus criards des mécontents: après avoir reçu les jeux (circenses), le peuple recevra le pain (panem), tandis que Président jouira d'une tranquillité bien méritée.
    Et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

9 commentaires:

  1. Et pour augmenter ce PIB immoral et artificiel (!) il suffira de lever le pied sur la répression des dites activités et hop ! un point de gagné !

    RépondreSupprimer
  2. Excellent ! Seulement, cette habile manœuvre omet d'importantes composantes. Il y a des millions de jardiniers et de bricoleurs qui consacrent des centaines d'heures par an, parfois beaucoup plus, à des travaux dont la valeur se monterait à plusieurs milliers d'Euros s'ils étaient facturés. Dix millions de bricolo-jardiniers augmenteraient d'un nombre conséquent de milliards notre PIB...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous pourriez rejoindre Terra Nova, car en voilà une piste qu'elle est bonne pour abonder à l'argent de poche de M. Etat.
      Donc, on reprend: Le PIB c'est -grosso merdo- la somme des TVA. Si on taxe à hauteur de 20% tous les amateurs "bricolo-jardiniers" sur leur production, il y plus d'oseille à se faire! Reste à trouver l'assiette pour le calcul, mais là, pas de problèmes, comptons sur nos spécialistes du fisc tant pour les formules que pour les contrôles intempestifs, suivis bien entendu des redressements inhérents.
      Cela, ajouté à la taxe "équivalent loyer" versée par les propriétaires dégagés de tout remboursement d'emprunt et le nirvana socialiste sera enfin atteint.

      Le Page.

      Supprimer
    2. Président devrait embaucher MM. Jacques E., Fredi M. et Le Page comme conseillers, et leur donner un petit pourcentage sur le fruit de leurs ingénieuses suggestions.

      Supprimer
  3. J'ai lu hier que l Espagne allait intégrer dans son pib les chiffres du trafic de drogue egt de la prostitution. J'avoue avoir cru à un canular et n y avoir pas prêté plus d'attention. Et voilà que vous confirmez !
    Comme dirait l'autre: ce monde est foutu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dirait l'autre: ce monde est foutu !
      Mais pas du tout ! Il devient ce qu'il a toujours été.
      En pire.

      Supprimer
    2. "Il devient ce qu'il a toujours été." Fredi, pour cela, vous mériteriez de passer chez les modernœuds de Didier Goux.

      Supprimer
    3. Foutu ? Oh que non! seulement joyeusement inventif.

      Supprimer
    4. Oui enfin y'a des limites ! Jardiner non ! Monsanto veut pas.
      http://lesbrindherbes.org/2014/06/12/ca-se-precise-police-les-potagers/

      Supprimer