david in winter

david in winter

lundi 28 juillet 2014

Islam, émeutes et tolérance



 
   Faut-il s'armer? Faut-il fuir?
   A lire certains commentateurs, éditorialistes, blogueurs etc., une guerre civile menace notre beau pays, conflit d'autant plus inquiétant que l'issue annoncée devrait être assez défavorable aux populations de souche.
   Les prémisses de ce déplorable évènement ont été des manifestations durant lesquelles des islamistes (appellation désignant, selon des critères flous, certaines catégories de mahométans) se sont livrés à ces dépradations que les policiers laissent se produire (sous tous les régimes...) pour servir les tortueuses fins électoralistes des politiciens au pouvoir.
   Ces manifestations, d'ailleurs organisées par un parti radicalement athée, ont rassemblé environ cinq mille individus, sur une population mahométane estimée sur notre sol à cinq millions, soit un pour mille de cette masse.
    Je ne prendrai donc pas la peine de nettoyer mon fusil, ni de louer une cabine sur un bateau voguant vers la terre Adélie.
    Incidemment, nous observerons que, dans le vaste monde, la proportion de djihadistes (autre variété de mahométans ayant mauvaise presse) représente une proportion semblable des adorateurs d'Allah, d'où nous pouvons déduire que l'immense majorité de ces hommes (et même femmes, marchant sous cloche à trois pas derrière leurs seigneurs et maîtres  --heureuses mœurs!) est pacifique, et ne songe qu'à vaquer tranquillement à ses petites affaires.
     A l'autre extrêmité du spectre politique, le premier commis vient de proclamer, une nouvelle fois..., que "l'Islam est une religion de tolérance."
    Autre absurdité.
    L'Islam est une religion révélée, qui détient de Dieu lui-même une vérité transcendante, laquelle ne peut accepter de tolérer l'erreur (i-e : les autres religions, et, pis encore, l'athéisme).
    Des considérations politiques et financières ont pu conduire des souverains mahométans à admettre la présence de fidèles d'une autre foi (en échange du paiement d'un impôt...) , c'est là un acte de gouvernement qui n'atténue en rien le caractère nécessairement intolérant de la parole divine.
    Mais qu'est-ce que la tolérance?
    Je ne vais pas commenter à nouveau le trop fameux essai de Locke (ce qu'a fait durant une trentaine d'annnées l'excellent philosophe Raymond Klibansky avec le concours des plus éminents penseurs de son temps...) mais seulement rappeler la définition de mon cher Littré: "condescendance, indulgence pour ce qu'on ne peut pas ou ne veut pas empêcher".
    Tolérer, c'est, pour les détenteurs de la souveraineté, permettre à certains de leurs sujets (parfois nommés "citoyens") d'agir, ou de se conduire, ou de penser, en dehors des régles qui sont la loi du pays, ou de la communauté, une telle permission est par nature révocable ad libitum et ne peut constituer un droit.
     C'est  le seul vaincu, ou soumis, qui bénéficie de la tolérance, et celle-ci lui accorde la permission de vivre – provisoirement.

    PS. Autre religion révélée, le christianisme ne connaît pas plus la tolérance que l'Islam –relire Bossuet, et les actes du Concile de Trente, et saint Paul, etc..

24 commentaires:

  1. Les majorités silencieuses et pacifiques ne finissent elles pas souvent par être embarquées vers l'abîme par des minorités fanatiques?

    Entendu que l'inquiétude ne doit pas être la même selon la distance que l'on est parvenu à mettre entre son quotidien et la grouillante casbah.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La "grouillante cabah" ne prospére que par la démission d'un pouvoir qui a renoncé à se soucier d'ordre public.
      Et c'est de la veulerie des politiciens (de souche) que l'on peut avoir peur.
      Quant aux minorités fanatiques (et plus ou moins agissantes...) , il y en a de tous bords...

      Supprimer
  2. Pour la bible, oui, il n'y a pas de tolérance. Pour le nouveau testament, si.
    Mais pourquoi cibler le christianisme, plutôt que le judaïsme dans cette affaire çi ?

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le judaïsme ignore le prosélytisme et n'est pas à prétention universelle.

      Supprimer
  3. Il me paraît un peu rapide de confondre Islam et christianisme dans une même catégorie, la "religion révélée". C'est un peu comme si vous placiez un signe d'égalité entre un roman de gare et la comédie humaine sous prétexte qu'il s'agit dans les deux cas de "romans". A ce niveau de généralité on ne risque pas de faire beaucoup de découvertes ni de penser très loin.

    Les choses deviennent plus sérieuses, il me semble, quand on voit l'énorme différence entre un texte sacré, le Coran, directement écrit par Dieu selon les Musulmans, et un autre, les Evangiles (ou même l'Ancien testament), écrit de main d'homme.

    Quand on croit posséder la parole même de Dieu à propos du nombre de feuilles à utiliser pour se torcher le derrière, le délire totalitaire n'est pas loin. Le christianisme, lui, est ouvert, comme toute l'histoire le prouve abondamment (sans ignorer bien entendu les Torquemada et autres vilains, scories inévitables).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les Evangiles, c'est Jésus -- qui est Dieu -- qui parle , toutes ces superstitions se valent, pour leurs textes fondateurs, ce qui en est résulté historiquement est autre chose.

      Supprimer
  4. Il me semble que toute religion révélée et se voulant universelle vise, pour le salut de leur âme, à convertir par tous les moyens ceux que leurs erreurs condamneraient à la damnation. De même, elle a beaucoup de mal à supporter que des rites et us contradictoires à ses dogmes soient pratiqués en ce qu’ils sont des insultes à leur Dieu.

    Pour pratiquer la tolérance religieuse, il faut soit considérer le mécréant comme indigne du salut, soit être d’une foi tiède entachée de relativisme, soit être indifférent au fait religieux et appliquer son intolérance à d’autres sujets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous voulez, mais toute la question est justement de savoir si nous devons parler de "religion révélée" en général ou d'Islam et de Christianisme en particulier. Toute religion se confond-elle intégralement avec sa "révélation" et sa transcendance ?

      Rémi Brague explique assez bien, je trouve, que la spécificité du Christianisme (surtout par rapport à l'Islam) est sa capacité à accepter d'autres traditions, d'autres influences, ce qui s'est effectivement produit avec les cultures grecque et romaine. La révélation n'est pas le tout du Christianisme.

      Comment est-il possible qu'une religion révélée puisse ainsi se fondre dans une culture païenne ? Précisément parce qu'ici la révélation est indirecte, médiatisée et interprétative. Jésus n'a pas donné toutes les clefs et il a parlé par paraboles. Le Christianisme est bien une religion ouverte et accueillante, je dirais dans ses principes mêmes, ce qui n'empêche pas d'en faire quelque chose de fermé si l'on a mauvais esprit, tandis que l'Islam est par principe fermé (ce qui n'empêche pas d'en faire quelque chose de plus ouvert, mais à ses risques et périls).

      Supprimer
  5. 1. Les Chrétiens ont honni et persécuté les "païens".
    2.Les Pères de l'Eglise ont fondé leur théologie sur des notions empruntées au neo-platonisme --qui était déjà une théologie mystique...

    RépondreSupprimer
  6. Si les Chrétiens avaient tant honni les païens l'Occident chrétien serait aujourd'hui ce qu'est le monde musulman : un désert culturel. D'ailleurs votre point numéro deux le dit aussi, en parfaite contradiction avec le point numéro un...

    Je remarque que personne ici n'a l'air de vouloir comprendre qu'il n'est peut-être pas tout à fait stupide de ne pas mettre toutes les "religions révélées" dans le même sac. Suis-je exagérément subtil ? Tout se vaudrait-il donc ? Islam = christianisme, et en avant : emballé c'est pesé ?

    RépondreSupprimer
  7. Je vous approuve Marco Polo. Islam et christianisme, ce n'est pas tout à fait la même chose. Quant aux persécutions chrétiennes à l'égard des païens, je vous renvoie au livre récemment paru "Chrétiens persécuteurs - Destructions, persécutions et violences religieuses au IVème siècle" (Albin Michel) :

    Les chrétiens persécuteurs du IVème siècle - RCF

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien !
      Il se trouve que c'est en plein dans le sujet et je recommande ces 25 minutes d'intelligence.

      Supprimer
  8. Enfin, il n'y aurait pas eu de petits problèmes lors des croisades (Terre Sainte ou Albigeois) ou de la conquête des Amériques ? Il me semble que l'on oppose une religion au stade conquérant à une autre en phase de déliquescence relativiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou une religion qui suivait le Conquérant. Il me semble que les petits problèmes ont souvent été liés à la minorité active, organisée, réduite à une unité humaine...

      Amike

      Supprimer
    2. "[...] de petits problèmes lors des croisades (Terre Sainte ou Albigeois) ou de la conquête des Amériques ?" Rhô, pas vous, Jacques ! Et l'héritage ? Les dispensaires ? L'enseignement ? (Au passage, vous oubliez Galilée et l'Inquisition)

      Bien sûr, qu'il y a eu des erreurs (et même d'horribles massacres, et même au Nom du Christ), je crains qu'il y en ait encore -pour peu qu'il reste des hommes- mais cela justifie-t-il de jeter l'Enfant Jésus avec l'eau des fonts ? Voyez-vous l'homme comme un être fini, réellement, lorsque vous allumez votre poste ?

      Supprimer
    3. (et les prêtres pédophiles)

      Supprimer
    4. Ce qui m'agace, voyez-vous, cher Al, c'est le mélange des époques : tandis que nous coulons dans la somnolence d'un "modernisme" bienveillant et mou, d'autres, ailleurs, se réveillent avec des énergies médiévales. Oh, bien sûr, nous jouissons de la paix. Mais pour combien de temps ?

      Supprimer
    5. Cela m'agace également, et je partage votre observation -même si je réagis différemment. Le "bon pasteur" Prêtre Prophète et Roi, c'est le Christ, c'est Dieu fait homme -révélé, comme vous l'écrivez.

      Le Christ, c'est vous, lorsque vous témoignez de l'amour. Y compris dans vos remontrances dans lesquelles, pour ma part, je ne vois sinon de la bienveillance, au moins du bon-sens.

      Allez zou, j'arrête là, je ne voudrais pas lasser le tenancier avec mon bla-bla catho cha-cha.

      Supprimer
  9. Les musulmans pacifiques et silencieux ne comptent pas, surtout lorsque l'on a de bonnes raisons de penser que leur silence cache souvent une approbation tacite de la minorité agissante et non pacifique. De manière générale ce sont les minorités actives et organisées qui mènent le monde, pas les majorités silencieuses, si vastes soient elles.
    La dame dans cette vidéo dit cela plutôt bien je trouve.
    https://www.youtube.com/watch?v=Ry3NzkAOo3s
    Donc personnellement, je nettoierai mon fusil.
    D'ailleurs, puisque nous en sommes à parler de religion et de minorité agissante, combien étaient les disciples de Jésus à sa mort? Et cependant ils ont changé le monde.

    RépondreSupprimer
  10. Monsieur Desgranges avez vous connaissance de ceci:

    http://www.enquete-debat.fr/archives/hindou-kouch-ou-le-negationnisme-du-genocide-de-80-millions-d%E2%80%99indiens-par-l%E2%80%99islam-68732

    Certainement une forme de tolérance selon les muslmans

    RépondreSupprimer
  11. "PS. Autre religion révélée, le christianisme ne connaît pas plus la tolérance que l'Islam –relire Bossuet, et les actes du Concile de Trente, et saint Paul, etc.."
    Ce sont des écrits d'une autre époque. En ce moment, en Irak les chrétiens sont persécutés. je n’appelle pas cela de la tolérance . Dans les pays où l'islam est majoritaire, il y a rarement de liberté religieuse .

    RépondreSupprimer
  12. bon, mon commentaire a disparu, je recommence tout

    Michel Degranges a totalement raison, tant sur le faible pourcentage de musulmans cinglés que sur la brutalité et l'impérialisme de toute religion et en particulier des catholiques. Certes il y a décalage historique parce que le monde musulman est resté hors circuit pendant environ 8 siècles.
    Plutôt que de se monter le bourrichon sur l'islam, aidons les 99 % de pacifiques à éliminer les fous-furieux
    je trouve que les musulmans « modérés » sont tout à fait courageux de manifester dans un contexte très dangereux, de la Tunisie à l'Égypte et à la Turquie. Vous me répondrez : « en France ? ». Mais en tant que catholiques français avez-vous manifesté contre les terroristes catholiques d'Irlande ?

    RépondreSupprimer
  13. si le christianisme est aussi intolérant que cela, bizarre que les pays les plus libres et tolérants soient chrétiens ou post-chrétiens Ceux qui croient que le paganisme, le bouddhisme et tout les polythéisme sont des croyances qui incitent plus a la tolérance que les monothéisme feraient bien de jeter un coup d'oeil a la situtation dramatique de certaines minorités habitant les lieux ou ont pratique de tels cultes (en inde, les hors-castes sont traités comme des chiens et le viol et les violences conjugales ne sont pas punies par la loi, au japon, meme problème avec les descendants de ceux qui pratiquaient-ou qui pratiquent toujours-certains métiers impurs selon la religion shinto) Certains gauchos déguisés en réacs a la soral, polony ou de benoist me traiteraient surement d'ethnocentriste, de droitdelhommiste, de colonialiste ou d'atlantiste Il faut respecter les coutumes des autres qu'on me dirait Désolé quand les coutumes consistent a mutiler, violer et frapper des etres humains (surtout des femmes et des jeunes filles en l'occurrence), je ne peux pas l'accepter Surement mon petit coté progressiste En revanche certains le peuvent malheureusement, parce qu'il detestent tellement la modernité, le progrès, le capitalisme, les riches, l'argent, l'oncle sam, les juifs-rayer la mention inutile-qu'ils sont prets a tout pour etre sur d'écraser définitivement l'objet ou les objets de leur detestation y compris a pactiser avec la quasi totalité des ennemis de leurs ennemis Le tiers-mondisme et le relativisme, peut importe la couleur politique qu'ils se donnent restent quand meme a mes yeux de bien belles saloperies et surtout de remarquables preuves de lacheté et d'inconscience

    RépondreSupprimer