david in winter

david in winter

samedi 5 juillet 2014

Fin d'un douloureux suspense



   Tout un peuple retenait son souffle.
   Dans cette belle soirée du vendredi 4 juillet 2014 (Independance Day outre-atlantique) alors que des éclairs zébraient un ciel prêt à déverser des eaux rafraîchissantes... –mais sur qui allaient tomber ces flots? Sur personne!
  Rues, boulevards, avenues, même modestes impasses, étaient vides de tout être humain, car tout être humain était dans sa demeure, modeste chaumière ou palais présidentiel, les yeux fixés  sur l'écran de son smartphone ou les oreilles collées à son transistor... Enfin allait se dénouer le drame qui faisait haleter tant l'humble balayeuse de supermarché que l'arrogant CEO de société du CAC40... la belle, l'érudite, la vaillante Leonarda allait-elle enfin revenir sur cette terre qu'elle avait enrichie de son charme et de son savoir et d'où elle avait été chassée par des méchants issus des heures les plus sombres de notre Histoire?
  Ne languissez plus ô lectrices ô lecteurs : Leonarda revient !!!
  Et avec toute sa tribu !
  C'est son papa (pour parler comme nos bons magistrats) qui lui-même l'a annoncé ce vendredi : provisoirement installé en Croatie avec toute sa nichée, et dûment muni (avec toute sa nichée) de passeports croates donc européens, le fier géniteur se prépare à franchir une frontière qui lui est désormais légalement ouverte et à se réinstaller au pays de Vercingétorix et des Droits de l'homme nomade.
   Il était d'ailleurs temps, car la maman (toujours pour parler en langue judiciaire) est enceinte de huit mois et demi et tient à mettre bas sur notre sol afin que son nouveau petit romanichel (ou petite romanichelle) reçoive de plein droit la nationalité française et les allocations, subventions etc. qui vont avec.
   Bien que privée de toute ressource durant son injuste exil, la famille Leonarda n'a, à regarder ses dernières photos, rien perdu de cette corpulence qui fait honneur aux talents de cuisinière de la maman, elle n'a surtout rien perdu de son héroïque pugnacité comme le prouvent les propos tenus hier par le jovial (et sûr de ses droits) papa, que je cite textuellement, sans rien ôter de leur aimable verdeur :
  --Hollande et Valls, on va leur montrer qui est le chef!
  "Le préfet du Doubs,il va être dans la merde!
   "Maintenant, la France, on va la faire payer!"
   Ainsi vont être punis les méchants et récompensés les bons, dans un rare, et heureux, triomphe de la morale.

    ***Il existait sous la Monarchie un régiment de cravates, déformation de croates car telle était la nationalité de ces soldats, il serait bon (et juste) de le reconstituer et d'en nommer Leonarda colonelle.

8 commentaires:

  1. Si par la grâce de l'Union, ces parasites reviennent, il sera intéressant de voir et d'entendre les commentaires de notre Président et de son Premier. L'un ayant clairement dit qu'il n'était pas contre le retour de léonarda, l'autre ayant claironné qu'il n'en était pas question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans objet puisqu'ils ne seront plus "le chef".

      Supprimer
  2. Tiens, mon commentaire a filé aux oubliettes ! Je disais qu'il faudrait également songer à nommer le papa de Léonarda entraîneur de l'équipe de France de football, afin d'être sûr de remporter la coupe dans quatre ans.

    RépondreSupprimer
  3. N'importe comment, ces braves gens ne sont que l'arbre qui cache la forêt de nos enrichisseurs ! Il faut dire que papa Dibrani fait preuve d'une arrogance hors pair... Mais n'est-ce pas justifié chez qui a tant souffert ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a tant souffert qu'il est, comme sa délicieuse progéniture, "victime de surcharge pondérale".

      Supprimer
  4. Quelle joie ! Quel bonheur ! Elle nous a tant manqué !

    RépondreSupprimer
  5. Faudrait peut-être penser à une quarantaine pour épouillage ?

    RépondreSupprimer