david in winter

david in winter

mercredi 25 février 2015

Ingénieuse innovation pour le "vivre-ensemble"

         

    The hollow crown regroupe trois adaptations cinématographiques, produites pour la BBC, de drames historiques de William Shakespeare; j'en fis l'acquisition il y a quelques mois, pour l'enfouir sous une pile de dvd et blu-ray à voir un jour, lointain.
   Pour des raisons que je cèlerai, j'en extirpais hier Henry V, que madame mon épouse et moi regardâmes.
   Nous y prîmes du plaisir, les coupes, nécessaires pour ramener l'œuvre à une durée, déjà coquette, de 133 minutes, ne nuisent pas au récit, les acteurs sont très bons –et Mme Mélanie Thierry, dans le rôle de Catherine de France s'efforçant de retenir quelques mots d'anglais est absolument adorable-- , les décors crédibles, et la bataille d'Azincourt ( Agincourt in english), dans laquelle périt la fleur de notre noblesse (y furent tués huit mille quatre cents gentilshommes dont six princes du sang...) est agréablement sanglante.
   J'eus pourtant un mouvement de surprise (i-e : je donnais un coup de pied à madame mon épouse qui s'assoupissait) en observant que l'acteur jouant le rôle du duc d'York – a cousin to the king  -- était un monsieur à la peau indiscutablement noire.
    Certes, cet acteur est de mine avenante et, même s'il semblait un peu surpris d' être devenu, en 1415, un parent du Roi d'Angleterre, son jeu ne mérite que des éloges.
   Sa présence, pourtant, entraîne quelques interrogations.
   Quelques producteurs de ce Henry V sont des gens d'Hollywood qui doivent sincérement croire qu'il se trouvait des Africains dans la parentèle des Plantagenêt, mais je soupçonne qu'il y a, dans ce choix de distribution, une habile volonté de promotion du vivre ensemble.
   Il semble en effet intégrant de montrer aux jeunes britanniques d'origine exotique et de l'an 2015 que, six siècles plus tôt, leurs ancêtres occupaient de hautes charges en une Cour ignorant tout racisme, et je pense qu'il serait bon que les producteurs français (et subventionnés) imitassent l'effort pionnier de la BBC.
    Cherchons donc dans notre répertoire dramatique, hélas assez pauvre en drames historiques et nationaux, mais nous pourrions y puiser cependant Le Siège de Calais (1765) de M. de Belloy, en choisissant pour interpréter les fameux bourgeois des hommes venus des plus lointaines contrées, dont le teint d'ébène formerait un plaisant contraste avec la blanche corde entourant leur cou.
   Ou un talentueux scénariste pourrait, en ne forçant qu'à peine la réalité historique, montrer de rudes combats navals dans lesquels, au temps de l'alliance de François Ier avec le Grand Turc, des soldats français lutteraient côte-à-côte avec des janissaires mahométans contre les catholiques matelots et galériens de Charles Quint.
   Mais je préférerais que fût, selon nos nouveaux principes, adapté pour les grand et petit écrans, Les Druides (1772) de M. Le Blanc de Guillet, tragédie en tout point conforme à l'esprit des Lumières; on y pourrait ainsi voir qu'aux temps les plus reculés le peuple de la Gaule était déjà heureusement arc-en-ciel, et ce serait alors en toute légitimité que, dans nos belles salles de classe de pimpantes banlieues, de joyeux et multicolores bambins ânonneraient de nouveau et fièrement nos ancêtres les Gaulois.

11 commentaires:

  1. Les Anglais sont de grands malades.

    RépondreSupprimer
  2. Rein d étonnant à cette incongruité si en Angleterre ils ont les mêmes contraintes qu'aux USA pour ce qui est de la production cinématographique ou télévisuelle: des quotas, imposés par les syndicats d'acteurs, de diversité sont à respecter.
    Dans le cas contraire, peut -on parler d'une stupide erreur de casting ?

    RépondreSupprimer
  3. J'ai cru comprendre qu'une série ayant pour thème la cour du roi Arthur est ou a été diffusée il y a peu. L'ami qui m'en a parlé était perplexe, une actrice d'origine tanzanienne interprétant le rôle de Viviane. Les productions télévisées et cinématographiques des vingt dernières années sont pleines de ces anachronismes dont le seul objet consiste à satisfaire les exigences de représentation des minorités ethniques. Je me souviens que l'adaptation cinématographique de Beaucoup de bruit pour rien par Kenneth Branagh avait cédé à la mode en donnant le rôle de Don Pedro d'Aragon à Denzel Washington.
    Étonnamment, on ne voit pas le même phénomène pour les acteurs d'origine asiatique. A croire qu'ils n'ont pas la fibre "lobbyiste".

    RépondreSupprimer
  4. Ne pourrait-on pas imaginer que le rôle de l'empereur de quelque immense autant qu'antique empire Africain soit tenu par un acteur de race caucasienne, prouvant par là que l'Europe n'était pas seule à ignorer tout racisme ?

    RépondreSupprimer
  5. Un noir à la place d'un blanc, quelle horreur!
    Vous avez remarqué qu'à l'opéra, ils chantent au lieu de parler, lamentable!
    Et la sainte Vierge, on lui colle un tchador au lieu d'une mantille, c'est criminel!

    Anne-Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est pas une horreur, c'est simplement d'une profonde débilité qu'au nom du politiquement correct on en viennent a "aménager " nos contes et légendes, j'ai moi meme regarder cette série Merlin, il est effectivement curieux que Guenièvre soit une métisse, que le village médiéval soit peuplé de blacks et de beurs, dans la série "once upon a time" c'est encore plus fort, Lancelot du lac, chevalier de la table ronde est black... il s'agit de la mythologie occidentale ne vous en déplaise, et les chevaliers de la table ronde ou Arthur n'ont jamais été ni noirs, ni arabes, c'est con mais c'est comme ça... d'ailleurs je vous propose que la prochaine actrice pour Jeanne d'Arc soit noire, et que dans le prochain film sur la seconde guerre mondiale des officiers allemands soient joués par des asiatiques, puisque les incoherences historiques ne semblent pas vous poser problèmes...ou je me trompes? il faut de la diversité partout non?...quand a la sainte vierge et le tchador, ne soyez pas si impatiente...ca vient lentement mais surement.

      Supprimer
    2. Ah non ! Pour les officiers allemands, je verrais plutôt des musulmans. Aïe, on me dit que ça a déjà été fait à l'époque. Bon, ben des noirs alors. Re-aïe, on me dit à nouveau que ça a déjà) été fait à l'époque : http://gigaproduction.fr/wp-content/uploads/2010/08/wh021.jpg
      Je ne comprends plus rien, ils étaient racistes ou pas ces allemands ? Restent les juifs alors. Flûte, un fax vient de tomber, on me prévient que ça a été fait aussi par le groupe Stern, des juifrs qui ont commis des actes de sabotage et des attentats contre les anglais au profit de l'Allemagne.

      Et merde, je laisse tomber, l'histoire de la WWII c'est trop le bordel. Reste que le premier noir à avoir mis les pieds sur le sol européen ne l'a pas fait avant le XVIème siècle. Du coup, les Lancelot, Guenièvre, etc. noirs ou métisses, c'est juste une connerie sans nom. C'est aussi un marqueur de médiocrité. Si un scénariste est prêt à faire ce genre de concession, que n'acceptera-t'il pas pour ce qui est du scénario ? De fait, j'ai pu constater que l'histoire racontée à l'écran n'a généralement que peu à voir avec l'oeuvre écrite qui l'a inspirée.

      Supprimer
  6. Helas, ça ne date pas d'hier cette manie fâcheuse et ridicule de nous imposer le vivre ensemble. Je me rappelle avoir immédiatement zappé (réflexe inconscient que je confesse à la Halde avec contrition) un téléfilm soi-disant sur les débuts de l'Empire romain ou l'on voyait le jeune Octave aller quérir l'aide d'un général loyal (forcément loyal...) aussi noir qu'Othello !!
    Nos "amis" brits ont fait encore encore plus fort récemment en donnant à Aramis cette "belle couleur foncée" qui, selon Mélenchaon, est le propre des "plus beaux êtres humains".
    J'attends maintenant impatiemment une version hollywoodienne ou BBCienne de l'Hégire dans laquelle le Prophète (béni soit son nom) serait interprété par un congolais de bonne souche.

    RépondreSupprimer
  7. Curieux commentaires...
    Je n'ai nullement critiqué cette substitution, mais clairement écrit que c'est là une bonne idée digne d'imitation...

    RépondreSupprimer
  8. Tant qu'on reste dans la cohérence historique et pour la bonne cause, pourquoi pas ?
    Mais j'ai un doute pour Jeanne d'arc.
    Tout cela ressemble à de la propagande, si ce n'est de la rééducation de masse, du pur cynisme réservant les cours d'histoire et de géographie à l'élite.
    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui enfin le dernier paragraphe de Mr Desgranges montre bien toute la facétie dont il est capable.
      Je ne le crois pas malade.

      Supprimer