david in winter

david in winter

jeudi 20 novembre 2014

Djihadistes et mercenaires



   S'ajoutant à la fonte de la Mer de glace et à la baisse de fécondité du cloporte moucheté, voici qu'une nouvelle menace met en péril nos existences et le bonheur des générations futures (s'il y en a...), cette menace a un nom qui fait trembler le cantonnier auvergnat, l'institutrice berrichonne et le transgenre du Marais et que je ne peux écrire sans frémir...
   Je surmonte pourtant ma peur et  voici ce nom maudit : ce sont les djihadistes.
  Français.
   Car dans cette multitude turbulente, il a été identifié deux individus qui ont la nationalité de la vieille Gaule, et il semblerait, selon les meilleurs experts, qu'ils ne soient que la partie immergée d'un iceberg qui compterait quelques dizaines d'êtres humains.
   Quelques dizaines dans une population de soixante-trois millions d'hommes, femmes, enfants (et autres), c'est peut-être plus que les spectateurs d'un documentaire citoyen et subventionné, mais moins que les lecteurs de Damascius ou que les collectionneurs de bouchons de Champagne.
   Il y a bien des années, j'écrivis un livre narrant les aventures (que je romançais fortement, j'étais alors journaliste) de trois mercenaires qui avaient fait la guerre en des contrées sombres et exotiques.
   Faire la guerre consiste à tuer des gens, avec un discernement qui tient souvent à l'humeur et aux circonstances, donc mes mercenaires avaient tué des gens – coupables, innocents..., coupables de quoi? innocents de quoi? ou simplement fautifs de se trouver, avec ou sans armes..., dans le camp d'en face?...--, je les fréquentais, les faisaient parler, et je les aimais bien.
   Pourquoi allaient-ils tuer? Un peu parce qu'ils étaient payés (ce qui est supposé être le but du mercenaire) mais payés, ils l'étaient surtout de promesses, et s'ils combattaient, au risque de leur vie, c'était  surtout, et avec une totale conviction, pour servir une cause, un idéal, pour faire triompher le Bien.
   L'echo de ces activités lointaines menées par des guerriers français ne parvenait que rarement jusqu'au sol de la mère-patrie et ne suscitait nulle indignation, jusqu'au jour où un quelconque politicien découvrit que ces hommes, pour la plupart anciens soldats ou officiers de nos troupes d'élite, professaient un vigoureux anticommunisme , il n'en fallut pas plus pour décréter qu'ils étaient un danger pour la République, et que soient votées, bien discrétement alors,  une flopée de lois prohibant l'exercice du métier de mercenaire.
   Je suppose que quelques amis me reprocheront de mettre en parallèle mes mercenaires, combattants de l'Occident, avec les djihadistes-des-banlieues , combattants contre l'Occident (mais exterminant essentiellement des musulmans), ce sont pourtant, les uns et les autres, des hommes qui agissent pour leurs convictions ou leurs croyances.
   Ils sont surtout, par rapport à la masse de nos concitoyens, une plus qu'infime minorité, à peine un grain de sable – et qu'aujourd'hui de ce grain de sable gens de medias et politiciens discoureurs (pléonasme...) fassent une montagne, cela, et cela seul (et non les djihadistes eux-mêmes) peut éveiller l'attention de l'observateur.
    Lequel constate , une fois de plus, que notre société ne veut plus que se nourrir d'illusion (de fantasme), quant aux réalités qui la guettent, elles lui réserveront des surprises—mauvaises.
    PS. Bien sûr, si cet état islamique l'emporte (i-e : est reconnu par le Léviathan américain) nos djihadistes seront célébrés et honorés par les plus hautes autorités de la République, comme le sont aujourd'hui les terroristes du FLN algérien, ou comme le fut feu M. Arafat, père de tous les terrorismes mahométans actuels.

15 commentaires:

  1. (que je romançais fortement, j'étais alors journaliste).
    Ah, et depuis vous avez fait amende honorable, mea culpa et tutti quanti?

    RépondreSupprimer
  2. Je trouve en effet qu'exporter nos crétins violents est un net progrès par rapport au fait d'importer ceux des autres.

    (Et je pense que je suis bien parti pour remporter le prix de la phrase la plus pataude de la journée sur l'ensemble des blogs…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant que je n'écris rien, vous avez toutes cos chances, mais après...

      Supprimer

  3. Des gaulois convertis à l'Islam Radical et non pas à l'Islam, il faut le préciser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne fais que reprendre la terminologie journalistique :
      On ne dit pas Etat Islamique mais Daech.
      De la même façon les convertis partis faire la guerre ne se sont pas convertis à l'Islam, qui est comme chacun sait une religion de paix, mais à l'Islam Radical.

      Supprimer
  4. "Ils sont surtout, par rapport à la masse de nos concitoyens, une plus qu'infime minorité, à peine un grain de sable "
    Ils ne sont pas perçus comme un grain de sable. Il y a ce qu'on voit dans la rue aussi: beaucoup de personnes habillées en tenue salafiste. Des étals de marché de province où l'on trouve l'abécédaire du petit djihadiste ("La voie du petit musulman"). Pas d'amalgame, pas d'amalgame... Mais il se fait tout seul, l'amalgame !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est perçu n'est pas ce qui est (et réciproquement).
      Mais c'est ce qui est perçu, non ce qui est, qui meut et émeut le peuple.

      Supprimer
    2. Est-ce ainsi que vous parlâtes à vos électeurs il y a peu ?
      Auquel cas je comprends mieux votre échec.

      Supprimer
    3. Je sens chez vous depuis peu comme un revirement.
      Ce que vous avez vu vous ne le voyez plus.
      Renaud Camus se plante.
      Et de grand remplacement vous en êtes convaincu
      Il n'y a jamais eu.

      Supprimer
    4. Vous êtes dans l'air du temps :
      Même au FN beaucoup n'y croit plus.

      Supprimer
    5. ...croient, éventuellement.

      Supprimer
  5. Il y a quand même une réalité. De 2000 à 2010, seuls 50 Français sont partis faire le djihad. De 2010 à octobre 2014, entre ceux qui y sont actuellement (+/- 1100), et ceux qui sont rentrés, on totalise 1600 personnes formées au maniement des armes et explosifs.

    RépondreSupprimer