david in winter

david in winter

lundi 13 octobre 2014

L'illusion de la Liberté

     

   A la demande d'une vieille et malfaisante maîtresse de Président, les députés viennent de voter une nouvelle loi promulguant , comme il se doit, une flopée d'interdictions et de contraintes (plus, également comme il se doit, diverses taxations).
   Mes amis libéraux affirment, à la suite de divers et très estimables théoriciens allant de Boisguilbert à Murray Rothbard, que rien n'est plus cher au cœur de l'Homme que la liberté etc.
   Je crains que les faits ne démentent cette proposition.
    Il ne se passe en effet pas de jour sans que surgisse une nouvelle prohibition (hier donc, celle des sacs en plastique et des assiettes jetables) sans que le peuple en colère ne se soulève et incendie les palais de M. Etat.
   Bien au contraire, ces interdictions recueillent le soutien, ou pour le moins l'assentiment, de la très grande majorité de la population.
   Voici, pour s'en convaincre, une expérience de réalisation aisée : déclarez autour de vous, dans un entourage qui ne sera pas composé exclusivement de libertariens et disciples de David Friedman mais de ces hommes et  femmes ordinaires qui votent au grè du vent PS, UMP ou FN, que la consommation et le commerce de certaines substances (héroïne, cocaïne, opium etc.) devraient être libres (assertion dont la justification se trouve dans Les vices ne sont pas des crimes de Lysander Spooner), si vous ne vous faites pas lyncher, ce sera votre jour de chance.
    Quant aux anciens combats pour la Liberté, ceux des Insurgents d'Amérique , des républicains de 1789 ou de la Restauration etc., ils n'avaient pour fin, comme le prouva l'évènement, que de donner le pouvoir politique aux hommes qui s'affublaient de ce drapeau (peint pas Delacroix...).
    Et pour les libertés concrétes –la liberté de faire ceci ou cela sans agresser autrui—seule une mémoire de gros ordinateur pourrait recueillir la liste de leurs disparitions.
   Ce qui est le plus cher au cœur de l'homme est de se soumettre à quiconque lui promet la sécurité, et de se distraire de son esclavage en nuisant à autrui, sans courir le moindre risque.
    C'est là ce que donnent aux peuples les politiciens démocrates, dont la tyrannie tant chérie ne finira pas ces prochaines semaines.

9 commentaires:

  1. Les lois sont nécessaires, personne n'en disconvient.
    Mais l'abus de lois donne ça.

    RépondreSupprimer
  2. J'apprécie tout particulièrement votre avant-dernier paragraphe.
    J'aime bien le reste aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Entièrement d'accord : on cherche davantage la sécurité que la liberté. Et ça ne date pas d'hier (cf. la servitude en échange de la protection seigneuriale) seulement aujourd'hui on en est au point de réclamer à cor et à cri d'être protégé de tous les dangers y compris les imaginaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On cherche d'autant moins la liberté que celle-ci est plus un slogan qu'un mot contenant un sens concret -- et défini.
      "Non pas la liberté, mais des libertés".... a écrit Charles Maurras.

      Supprimer
    2. L'historien Funck-Brentano parlant de la France de l'ancien régime évoquait un pays hérissé de libertés. La liberté chérie par les républicains n'est qu'un terme creux, bien utile pour endormir les gogos. La charte du Dauphiné, par exemple, précisait que si le seigneur de la province, le Dauphin, ne respectait pas les libertés inscrites, de fait il ne serait plus reconnu comme seigneur d'icelle, et que les hommes pourraient prendre les armes contre lui si cela s' avérait nécessaire.
      En fait, la révolution a tué les libertés en éliminant tous les corps intermédiaires qui protégeaient l'individu de l'arbitraire du pouvoir. De fait, les particuliers se retrouvent maintenant seuls face à la puissance publique, qui tire son pouvoir d'une illusion : la représentation indirecte. Le peuple étant réputé souverain, il ne peut donc pas légitimement s' opposer à ceux qu'il a désignés.

      Supprimer
  4. Comment pourrait-on aimer la liberté, et encore plus les libertés, lorsque l'égalité a été érigée en idole intangible ?

    RépondreSupprimer
  5. C'est toujours très stimulant de passer vous lire, M. Desgranges. La liberté est bien un concept de plus en plus creux à mesure que ses traductions concrètes disparaissent l'une après l'autre de notre existence.

    Le problème avec la liberté, en fait, c'est qu'elle ne vous laisse pas disposer de celle d'autrui à votre guise. Alors qu'une théocratie égalitaire par contre...

    RépondreSupprimer