david in winter

david in winter

mercredi 17 septembre 2014

Beautés de notre temps illuminant le XVIIème siécle.



   Je reçois un ouvrage universitaire, qui est la réédition d'un texte, assez connu, de l'an 1623.
   Le rédacteur , actuel ô combien!, de la préface reproche à l'auteur  (un jésuite!) ,  d'être sexiste et raciste et d'user d'une rhétorique fasciste et colonialiste.
   Pour l'islamophobie, l'homophobie et l'handicapophobie, attendons la prochaine édition.
   Une curiosité perverse me fait acquérir une série de la BBC intitulée The Musketeers et inspirée de l'œuvre d'Alexandre Dumas.
  Durant le troisième épisode, nous découvrons, sans stupeur car le physique de l'acteur éveillait un soupçon, que Porthos est le fils d'une esclave noire, le reste de l'intrigue étant occupé par de longs discours anti-esclavagistes, et la (juste) punition d'un méchant slave trader.
   Quant à l'acteur qui interprète d'Artagnan (un pauvre garçon de ferme) il est assez fortement typé (je ne sais si l'utilisation de cet adjectif est encore autorisée) et Louis XIII ressemble à un Indien du Mexique central.
   Lequel Louis XIII s'adresse à Richelieu en l'appelant Armand...
   Tout est ejusdem farinae.
   Vaut-il mieux en rire?

9 commentaires:

  1. Rien d'étonnant en vérité. Il y a quelques mois, une chaîne de la TNT diffusait un documentaire sur la préhistoire. Il était question de la cohabitation entre homo sapiens et néandertal. Un archéologue anglo-saxon expliquait, le plus sérieusement du monde, que neandertal avait très certainement été victime d'une sorte d'épuration ethnique. L'université est gangrenée par des imbéciles qui privilégient leurs fantasmes idéologiques à la vérité historique.

    RépondreSupprimer
  2. Vous devriez plutôt revoir la version de 1973, avec Michael York, Oliver Reed et la belle Raquel Welch : un film de cape et d'épée tout-à-fait réjouissant, plein de panache et d'humour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question panache, la version de 1948 avec Gene Kelly, Lana Turner, Vincent Price et Van Heflin est tout simplement éblouissante, virevoltante au point qu'arrivé à la fin on est essoufflé. Je n'arrive pas à trouver quelque intérêt à un film de cape et d'épée postérieur aux années 60. Et puis sans vouloir manquer de respect à Raquel Welch, elle fait pâle figure à côté de la flamboyante Lana Turner.

      Supprimer
  3. Mais bien sûr qu'il vaut mieux en rire ! La raison exige qu'on rie du risible ! Avec trente ans de retard, ces gens-là nous refont le coup du cauchemar d'Orwell. Pathétique plus qu'inquiétant...

    RépondreSupprimer
  4. Moi, je ne trouve pas ça drôle du tout. Plutôt effrayant, pour tout dire.

    RépondreSupprimer
  5. J'aurais tendance, par un effet de ma complexion personnelle, à trouver ce genre de choses désespérant le matin et risible le soir.

    RépondreSupprimer
  6. "qui privilégient leurs fantasmes idéologiques à la vérité historique"

    La vérité historique de l'homme de Néandertal, heureusement que Koltchak la connaît bien...

    Anne-Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh qu'elle est fine !

      La vérité historique, c'est qu'à l'époque, le simple concept d'épuration ethnique était tout simplement inconnu. Mais cela doit vous passer au dessus de la tête. Juger le passé à l'aune des critères actuels est la preuve d'une grande imbécillité. À moins que.... non.

      Supprimer
  7. "à l'époque, le simple concept d'épuration ethnique était tout simplement inconnu"

    Je croyais m'amuser, M. Koltchak, mais c'est vrai vous avez l'air de bien connaître l'histoire du paléolithique. Ce "à l'époque" est étonnant de vérité. Chapeau!

    Anne-Laure

    RépondreSupprimer