david in winter

david in winter

vendredi 2 février 2018

Orchestres: une belle initiative paritaire


  



   En couverture du numéro de février de Diapason, revue consacrée à la musique classique et à la lutte contre les inégalités , ce gros titre : Femmes et cheffes (sic sic) d'orchestre –comment elles sont en train de gagner le combat.
   Pour ma part, je trouve que ce combat, nos futures cheffesses (ou cheftaines?) le gagnent bien lentement car les formations les plus prestigieuses  (Wiener Philarmoniker, London Symphony Orchestra, New York Philarmonic, Harmonie de Saint-Flour etc.) sont toujours dirigées, hélas mille fois hélas, par des hommes (horresco referens).
   Que faire ?
   Une solution fort simple existe.
   Nous savons que se prépare une réforme de la Constitution pour que soit élu(e) à la présidence de la République un(e) binôme paritaire composé d'une Femme et d'un homme , la Dame tenant les rênes du char de l'Etat les jours impairs , et les cédant au monsieur les jours pairs.
  Pourquoi ne pas adopter une mesure semblable pour les orchestres?
  Symphonies, oratorios, opéras etc. seraient divisés en relais de dix minutes chacun, le premier étant confié à une Cheffesse. A l'expiration de ces dix minutes, un minuteur ferait retentir une sonnerie (assez puissante pour que le bruit de l'orchestre ne la couvre pas), la maestra poserait sa baguette, quitterait le pupitre, serrerait la main au premier violon, saluerait le public puis irait s'asseoir du côté des vents pour touitter ou papoter avec ses voisins, pendant que le maestro serrerait la main au premier violon, s'installerait au pupitre etc. A la fin de ce deuxième relais, le minuteur retentirait de nouveau, le chef poserait sa baguette, quitterait le pupitre, serrerait la main au premier violon, saluerait le public puis irait s'asseoir près des cordes pour lire le journal tandis que la maestra , après s'être frayé un chemin entre les instrumentistes et avoir derechef serré la main au premier violon etc., et ainsi de suite jusqu'au dernier coup d'archet.
   --C'est bien joli, remarque un chicaneur, mais toutes les compositions ne peuvent être divisées exactement en tranches de dix minutes, certaines durent 57 minutes, d'autres 43, enfin, il n'existe guère de compte rond...
   Puérile objection! Il y a belle lurette que les chefs, ralentissant un allègro ou accélérant un pianissimo afin de montrer qu'ils comprennent mieux une partition que son auteur, donnent à toute œuvre la longueur qui leur sied, et c'est le plus aisément du monde que ce qui durait 57 minutes se traînera jusqu'à soixante, ou que sera expédié en quarante minutes ce qui s'étirait en quarante-trois.
   Une seule question reste en suspens : l'orchestre se taira-t-il pendant les changement de relais, ou continuera-t-il à jouer?
   Une haute commission doit être nommé pour étudier la chose – elle rendra un rapport.

3 commentaires:

  1. Il me semble bien que les années bissextiles comptent un jour impair de plus (le 29 février) et non de moins…

    En revanche, l'année tout entière (366 jours) devient paire.

    RépondreSupprimer
  2. Excellente idée que l'on pourrait également appliquer au théâtre ou chaque rôle serait tenu en alternance par un homme et une femme. Pour donner plus de rythme aux représentations, je pense que le changement pourrait se faire toutes les 5 minutes (avec salut et applaudissements).

    RépondreSupprimer
  3. L'Harmonie de Saint-Flour n'est pas si célèbre, vous exagérez.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.