david in winter

david in winter

vendredi 22 décembre 2017

Un édile jalonneur







      Généralement de milieu modeste, l'élu local de nos dernières communes rurales se sent, sitôt revêtu d'un mandat local (conseiller municipal , régional, etc.) , transporté dans un monde enchanté qu'il n'avait alors effleuré que dans ses plus audacieux rêves en grattant des tickets de loterie, un univers où il n'y a pas à se soucier de ses gains pour dépenser, mais où l'argent coule à flots de robinets magiques offerts par de mystérieuses puissances, permettant ainsi de distribuer la manne à qui tend la main, et vous en remerciera d'un bulletin de vote portant votre nom.
    Je vis dans l'une de ces communes, et reçois donc la lettre émanant de l'un de ces organismes publics créés pour faire double ou triple emploi avec de multiples semblables, qui m'annonce, parmi d'étonnantes libéralités,  la création d'un circuit du patrimoine jalonné dans le bourg voisin.
   Ce bourg de treize cents habitants, où je vais acheter journaux et cigarettes, je le connais fort bien, il est, pour l'essentiel, resté ce qu'il était vers 1900, avec des maisons basses de un ou deux étages, façade sur rue, jardinet à l'arrière, architecture plaisante dans cette humble simplicité qui est son seul mérite, quant aux monuments remarquables, il ne s'en trouve aucun  -- à l'exception, peut-être..., de deux églises, que leurs clochers rendent  fort visibles.
  Mais, grâce à l'action persévérante d'un admirable maire que nulle difficulté ne rebute, ce bourg a obtenu d'être classé par une instance supérieure petite cité de caractère, c'est là un honneur propre à attirer les foules ont aussitôt pensé nos locaux édiles , d'où la décision de ce jalonnement grâce auquel, je cite, " les visiteurs pourront arpenter seuls les rues typiques".
  Que l'on me permette une confidence : depuis près de vingt ans, j'ai toujours pu arpenter seul la rue typique qui va de la boulangerie au bureau de tabac, mais il est vrai que je suis presque devenu un indigène.
   C'est donc pour l'allogène  arrivé des antipodes pour s'extasier sur les rares charmes d'une petite cité de caractère que vont être enfoncés de ci de là dans quelques trottoirs des clous de bronze, ces  jalons qui l'autoriseront à découvrir de manière autonome les facettes cachées d'un bourg pittoresque.
    Lesquelles cesseront d'ailleurs d'être cachées car des plaques seront apposées pour en dévoiler le secret.
   Les travaux, pour enfoncer les quelques douzaines de clous de bronze et accrocher la dizaine de plaques, dureront cinq mois et coûteront (budget prévisionnel) 20.869 euros et vingt centimes.

5 commentaires:

  1. Bonsoir Monsieur Desgranges
    Vos "38725" "followers" se demandaient où vous étiez passé. Certains vous ont même cru mort. C'est vrai ça : aucune nouvelle, pas le moindre petit article depuis, depuis... une paye. Et vous revoilà, enfin, juste avant Noël. C'est ça la magie de Noël. :)

    En même temps (vous voyez je parle bien le "Macron") je compatis à votre peine : quelques douzaines de clous de bronze et une dizaine de plaques pour 20869 euros ça va fortement augmenter les impôts locaux et fonciers dans votre patelin... Je comprends votre nécessité de resurgir ici pour nous faire part de cette si inutile facture.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Madame pour votre compréhension, bien qu'elle me semble ironique (hypocrite?).

      Supprimer
    2. Comment ça : aucune nouvelle ??? Et celles que je donne dans mon journal, elles comptent pour rien peut-être ?

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.