david in winter

david in winter

lundi 30 mai 2016

Les nouveaux magiciens d'Oz

  

   Une curiosité de vieillard désoeuvré m'a poussé à lire les propositions d'une sorte de mouvement né hier à Béziers, étrangement nommé Oz ta droite, et qui regroupe, ou espère regrouper, tous les partisans d'un Etat autoritaire et nationaliste.
   Parmi cet amas de propositions certaines sont de simple bon sens, d'autres franchement répugnantes, particulièrement contre le port du voile ou la construction de mosquées, mais l'une d'entre elles mérite un plus ample commentaire.
  Je la cite :
 " Supériorité du politique sur le juridique, et limitation du contrôle de constitutionnalité."
   Cette affirmation (ou projet?) ne signifie rien d'autre que la disparition de ce qu'il est convenu d'appeler l' Etat de droit, lequel a été scrupuleusement respecté par tous nos Rois, et même, quoiqu'avec moins de rigueur, par tous les gouvernements républicains et démocratiques.
  L'Etat de droit, je le précise, existe quand le souverain, qu'il soit monarque héréditaire ou élu, est soumis à la loi, id-est quand le juridique est supérieur au politique.
   Du temps de la monarchie et de la civilisation, le Roi, certes, créait la loi, mais une fois que celle-ci avait été édictée, il y obéissait, et bien souvent, les magistrats donnaient raison à un sujet contre la Couronne (ce que Louis XIV fit lui-même à maintes reprises en son Conseil privé, qui jugeait en dernier ressort).
  Les institutions de la Cinquième république ont été modifiées de telle sorte que le Parlement soit soumis au Président, ce qui entraîne que le législatif n'est qu'une chambre d'enregistrement des édits voulus par l'éxécutif, mais, en théorie, les membres du Parlement peuvent refuser d'enregistrer, et quoiqu'il en soit, une fois que les lois sont votées, le politique (l'éxécutif) est tenu d'y obéir et de se conformer aux arrêts (justes ou injustes est une autre affaire) rendus par les magistrats.
  Mieux encore. Il existe une hiérarchie de la norme juridique : de même que la loi est supérieure au règlement,  la Constitution est supérieure à la loi.
   Fini!
  Avec Oz ta droite, n'importe quelle loi bafouant la Constitution pourra entrer en vigueur. C'est d'ailleurs là une proposition redondante puisque le politique supérieur au juridique pourra faire n'importe quoi comme cela lui chante sans se soucier des lois. (Il y a bien une Convention européenne des Droits de l'Homme à laquelle l'Etat français a adhéré, mais Oz ta droite propose très logiquement de la jeter par la fenêtre)
   L'univers du Wizard of Oz resplendit de couleurs flamboyantes, celui d' Oz ta droite a les teintes sombres –brunes?—d'un cauchemardesque despotisme.

11 commentaires:

  1. D'où il ressort que la jeune et accorte Marion Le Pen a fait preuve de flair en s'esbignant vite fait de ce cirque, à mon avis plus foklorique qu'inquiétant.

    RépondreSupprimer
  2. Allusion au coup d'Etat juridique du 16 juillet 1971 (cf Zemmour) :

    Le suicide français

    Le débat est ouvert.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    4. Quoiqu'il en soit si je me suis trompé ou si j'ai mal interprété vos propos, veuillez bien effacer mon commentaire ainsi que les suivants : je ne suis pas là pour me faire le propagateur de rumeurs infondées.

      Supprimer
  4. Sinon oui, votre jeu de mots valait bien votre résurrection...

    RépondreSupprimer
  5. Nous vivons une époque où l'on considère comme allant de soi qu'une dose supplémentaire de tyrannie est nécessaire pour circonscrire ce qui, prétendument ou réellement, nous menace. Quelle bêtise insondable !

    A vrai dire nous sommes rentrés depuis des décennies dans une ère totalitaire, exacerbée par des minorités vindicatives – une ère où la liberté de pensée est devenue crime de la pensée, et qui viole, ici et maintenant, sans vergogne les principes mêmes de la Constitution.

    Voilà où nous en sommes à ce jour, voilà à quel jeu stérile et imbécile s'adonnent et surenchérissent quelques pitres de la communication dominante. C'est à pleurer.

    Des mages et magiciens, j'en connais de plus respectables.

    RépondreSupprimer
  6. Sans être ni un thuriféraire ni un exégète il me semble que votre interprétation est un peu maligne.
    En effet ce qui est sous-jacent dans la proposition de "Ose ta droite" c'est qu'il est anormal qu'il existe un gouvernement des juges, autant qu'il serait scandaleux qu'il n'y eut point de magistrats.
    Lorsque est promulgué un texte juridique élaboré conformément à la Constitution son détournement à des fins partisanes ou politiques par certains juges est tout de même inquiétant.
    Il en est de même pour un Conseil constitutionnel qui, de décisions en décisions, acquière un pouvoir illégitime et s'érige en maître de la loi alors qu'il ne devrait en être que le fidèle, mais modeste, gardien.
    Mais qui veut noyer son chien ...
    C. Monge

    RépondreSupprimer